Société

L’interventionnisme des Etats-Unis dans les élections à l’étranger…

En 2017, les Américains ont été choqués à juste titre par les allégations selon lesquelles le président russe Vladimir Poutine aurait tenté d’influencer le résultat de l’élection présidentielle américaine de 2016 en faveur du vainqueur final. Cependant, le gouvernement des Etats-Unis lui-même tente depuis longtemps de contrôler le résultat des élections présidentielles dans d’autres pays. L’ingérence électorale étrangère est définie comme une tentative, secrète ou publique, de gouvernements extérieurs d’influencer les élections ou leurs résultats dans d’autres pays. L’ingérence électorale étrangère est-elle inhabituelle ? Non. En fait, il est beaucoup plus inhabituel de l’apprendre. L’histoire montre que la Russie, ou l’URSS à l’époque de la guerre froide, a  » bousillé  » les élections étrangères pendant des décennies, tout comme les Etats-Unis.

Dans une étude publiée en 2016, le politologue Dov Levin, de l’Université Carnegie-Mellon, a signalé 117 cas d’ingérence américaine ou russe dans des élections présidentielles étrangères entre 1946 et 2000. Dans 81 (70 %) de ces cas, ce sont les Etats-Unis qui sont intervenus. Selon Levin, une telle ingérence étrangère dans les élections affecte le résultat du vote de 3% en moyenne, soit suffisamment pour avoir potentiellement changé le résultat dans sept des 14 élections présidentielles américaines tenues depuis 1960. Notez que les chiffres cités par Levin n’incluent pas les coups d’Etat militaires ou les tentatives de renversement du régime après l’élection de candidats opposés par les Etats-Unis, tels que ceux du Chili, de l’Iran et du Guatemala. Bien sûr, dans l’arène du pouvoir mondial et de la politique, les enjeux sont toujours élevés, et comme le dit le vieil adage sportif : « Si vous ne trichez pas, vous n’essayez pas assez fort. » 

Voici cinq élections à l’étranger dans lesquelles le gouvernement des Etats-Unis a  » essayé  » très dur.

Italie – 1948

Les élections italiennes de 1948 ont été décrites à l’époque comme une « épreuve apocalyptique de force entre communisme et démocratie ». C’est dans cette atmosphère glaciale que le président américain Harry Truman a utilisé le War Powers Act de 1941 pour verser des millions de dollars pour soutenir les candidats du Parti anticommuniste italien de la démocratie chrétienne. La loi américaine de 1947 sur la sécurité nationale, signée par le président Truman six mois avant les élections italiennes, autorisait les opérations secrètes à l’étranger.

L’Agence centrale de renseignement des Etats-Unis (CIA) admettra plus tard avoir utilisé la loi pour donner 1 million de dollars aux « partis du centre » italiens pour la production et la fuite de faux documents et d’autres documents destinés à discréditer les dirigeants et candidats du parti communiste italien. Avant sa mort en 2006, Mark Wyatt, un agent de la CIA en 1948, a déclaré au New York Times :  » Nous avions des sacs d’argent que nous livrions à des politiciens sélectionnés, pour payer leurs dépenses politiques, leurs dépenses de campagne, pour des affiches, pour des brochures. La CIA et d’autres agences américaines ont écrit des millions de lettres, fait des émissions de radio quotidiennes et publié de nombreux livres avertissant le peuple italien de ce que les Etats-Unis considéraient comme les dangers d’une victoire du Parti communiste. En dépit d’efforts clandestins similaires de la part de l’Union soviétique pour soutenir les candidats du Parti communiste, les candidats démocrates-chrétiens ont facilement balayé les élections italiennes de 1948.

Chili – 1964 et 1970

Pendant la guerre froide des années 1960, le gouvernement soviétique a versé entre 50 000 dollars et 400 000 dollars par année pour soutenir le Parti communiste du Chili et lors de l’élection présidentielle chilienne de 1964, les Soviétiques étaient connus pour soutenir Salvador Allende, candidat marxiste bien connu qui s’était présenté sans succès à la présidence en 1952, 1958 et 1964, mais le gouvernement américain lui a donné en réponse plus de 25 millions de dollars à l’opposant d’Allende, Eduardo Frei, du Parti chrétien-démocrate.

Allende, candidat du Front d’action populaire, a perdu les élections de 1964, ne recueillant que 38,6% des suffrages, contre 55,6% pour Frei. Lors des élections chiliennes de 1970, Allende a remporté la présidence dans une course serrée à trois. Premier président marxiste de l’histoire du pays, Allende a été choisi par le Congrès chilien après qu’aucun des trois candidats n’eut obtenu la majorité des voix à l’élection générale. Cependant, des preuves de tentatives du gouvernement américain pour empêcher l’élection d’Allende ont fait surface cinq ans plus tard. Selon le rapport du Comité de l’Église, un comité spécial du Sénat américain réuni en 1975 pour enquêter sur les informations faisant état d’activités contraires à l’éthique menées par les services de renseignements américains, l’Agence centrale américaine de renseignement (CIA) avait orchestré l’enlèvement du général René Schneider, commandant en chef de l’armée chilienne, pour empêcher le Congrès de confirmer Allende à la présidence, sans succès.

Israël – 1996 et 1999

Lors des élections générales israéliennes du 29 mai 1996, le candidat du Likoud Benjamin Netanyahou a été élu Premier ministre plutôt que le candidat du parti travailliste Shimon Perez. Netanyahou n’a remporté l’élection que par une marge de 29 457 voix, soit moins de 1 % du nombre total de voix exprimées. La victoire de Netanyahou a été une surprise pour les Israéliens, car les sondages de sortie effectués le jour de l’élection avaient prédit une nette victoire de Pérez. Espérant faire avancer les accords de paix israélo-palestiniens que les Etats-Unis avaient négociés avec l’aide du Premier ministre israélien assassiné Yitzhak Rabin, le président américain Bill Clinton a ouvertement soutenu Shimon Perez.

Le 13 mars 1996, le président Clinton a convoqué un sommet de la paix à Charm el-Cheikh, en Egypte. Dans l’espoir de renforcer le soutien de l’opinion publique à M. Perez, Mme Clinton a profité de l’occasion pour l’inviter, mais pas M. Netanyahou, à une réunion à la Maison-Blanche moins d’un mois avant les élections. Après le sommet, Aaron David Miller, alors porte-parole du département d’Etat américain, a déclaré : « Nous étions persuadés que si Benjamin Netanyahou était élu, le processus de paix serait clos pour la saison ». Avant les élections israéliennes de 1999, le président Clinton avait envoyé en Israël des membres de sa propre équipe de campagne, dont le stratège en chef James Carville, pour conseiller le candidat du Parti travailliste Ehud Barak dans sa campagne contre Benjamin Netanyahou. Promettant de  » prendre d’assaut les citadelles de la paix  » lors des négociations avec les Palestiniens et de mettre fin à l’occupation israélienne du Liban en juillet 2000, Barak a été élu Premier ministre dans une victoire écrasante.

Russie – 1996

Le président russe Boris Eltsine serre la main de ses partisans alors qu’il fait campagne pour sa réélection. En 1996, une économie défaillante a laissé le président sortant russe indépendant Boris Eltsine face à une défaite probable face à son adversaire du Parti communiste, Gennady Ziouganov. Ne voulant pas voir le gouvernement russe revenir sous contrôle communiste, le président américain Bill Clinton a obtenu un prêt opportun de 102 milliards de dollars du Fonds monétaire international à la Russie, qui sera utilisé pour la privatisation, la libéralisation du commerce et d’autres mesures visant à aider la Russie à réaliser une économie capitaliste stable.

Cependant, les médias de l’époque ont montré que Eltsine avait utilisé le prêt pour accroître sa popularité en disant aux électeurs qu’il était le seul à avoir le statut international pour obtenir de tels prêts. Au lieu d’aider à promouvoir le capitalisme, Eltsine a utilisé une partie de l’argent du prêt pour rembourser les salaires et les pensions dus aux travailleurs et pour financer d’autres programmes de protection sociale juste avant les élections. Alors qu’il prétend que l’élection était frauduleuse, Eltsine a été réélu, obtenant 54,4 % des voix lors d’un second tour tenu le 3 juillet 1996.

Yougoslavie 2000

Depuis l’arrivée au pouvoir du président sortant yougoslave Slobodan Milosevic en 1991, les Etats-Unis et l’OTAN ont eu recours à des sanctions économiques et à des actions militaires pour tenter en vain de le chasser. En 1999, Milosevic avait été inculpé par un tribunal pénal international pour crimes de guerre, y compris génocide, en rapport avec les guerres en Bosnie, en Croatie et au Kosovo. En 2000, lorsque la Yougoslavie a tenu ses premières élections directes libres depuis 1927, les Etats-Unis ont vu une chance de renverser Milosevic et son parti socialiste du pouvoir par le processus électoral.

Dans les mois qui ont précédé les élections, le gouvernement américain a versé des millions de dollars dans les fonds de campagne des candidats anti- Milosevic de l’Opposition démocratique. Après les élections générales du 24 septembre 2000, le candidat de l’opposition démocrate Vojislav Kostunica a dirigé Milosevic, mais n’a pas obtenu les 50,01% des voix nécessaires pour éviter un second tour. Remettant en question la légalité du décompte des voix, M. Kostunica a affirmé qu’il avait en fait obtenu suffisamment de voix pour remporter la présidence sans appel. Après des manifestations souvent violentes en faveur de Kostunica, Milosevic a démissionné le 7 octobre et a cédé la présidence à Kostunica. Un recomptage des voix supervisé par un tribunal a révélé par la suite que Kostunica avait effectivement remporté l’élection du 24 septembre avec un peu plus de 50,2% des voix. Selon Dov Levin, la contribution américaine aux campagnes de Kostunica et d’autres candidats de l’opposition démocratique a galvanisé l’opinion publique yougoslave et s’est avérée être le facteur décisif dans l’élection. « S’il n’y avait pas eu d’intervention manifeste, dit-il, Milosevic aurait très probablement gagné un autre mandat.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer