Manifestations à Delhi:  le bilan des morts grimpe dans les pires violences religieuses depuis des décennies

Manifestations à Delhi: le bilan des morts grimpe dans les pires violences religieuses depuis des décennies

février 27, 2020 Non Par Tisma

Appelle au déploiement de l’armée alors que les musulmans fuient leurs maisons après les attaques de foules hindoues

 

Le nombre de morts de la pire violence religieuse à Delhi depuis des décennies est passé à 24, alors que les musulmans ont fui leurs maisons et plusieurs mosquées de la capitale ont brûlé après avoir été attaquées par des foules hindoues.

Les affrontements meurtriers entre groupes hindous et musulmans qui ont commencé dimanche se sont poursuivis au cours de leur quatrième journée consécutive, avec des informations faisant état de pillages matinaux de certaines maisons musulmanes qui avaient été abandonnées par peur.

Plus de 200 personnes ont été admises dans des hôpitaux pour des blessures causées principalement par des blessures par balle ainsi que des brûlures à l’acide, des coups de couteau et des blessures causées par des coups et des écorchures de pierre. Plusieurs de ceux qui sont morts ont sauté des hauts immeubles pour échapper aux foules attaquantes.

 

Mercredi, un officier du bureau du renseignement a été déclaré parmi les morts dans les affrontements, après que son corps a été retrouvé dans un égout dans la région de Chand Bagh. Il a fait suite à la mort d’un policier lundi après avoir été frappé à la tête avec une pierre.

La police a déclaré avoir arrêté 106 personnes en lien avec les violences.

Le ministre en chef de Delhi, Arvind Kejriwal, a qualifié la situation d ‘«alarmante» et a déclaré que l’armée devrait être appelée à prendre le contrôle de la violence.

« Situation alarmante », a-t-il déclaré dans un tweet. «La police, malgré tous ses efforts, est incapable de contrôler la situation et de redonner confiance. L’armée devrait être appelée et un couvre-feu devrait être imposé dans le reste des zones touchées immédiatement. »

Mardi après-midi, une violente foule hindoue d’environ 500 jeunes hommes est descendue dans une mosquée à Ashok Nagar, a enfoncé les portes et a escaladé le minaret pour arborer un drapeau hindou. Ils ont ensuite incendié la mosquée. Plus tard dans la soirée, une autre petite mosquée et des magasins musulmans du marché local ont été incendiés.

 

Un musulman local, qui a demandé à ne pas être nommé par crainte pour sa sécurité, a décrit comment la foule s’était mise à détruire la mosquée pendant plus de trois heures, criant des slogans nationalistes hindous au fur et à mesure. « Ils sont venus dans l’après-midi et ont tout brûlé à l’intérieur, puis ils ont pillé et brûlé le magasin à l’intérieur de la mosquée, puis deux maisons musulmanes à côté », a-t-il déclaré au Guardian.

« Je ne sais même pas quoi dire. En 35 ans, je n’ai jamais vu une telle situation, les hindous et les musulmans ont toujours vécu paisiblement ici. Nous avons tous célébré l’Aïd et Diwali ensemble. Les femmes hindoues entraient souvent dans la mosquée avec leurs enfants, donc ce n’était pas seulement un bâtiment pour les musulmans mais pour toute la communauté. Mais quelle que soit la paix que nous avions, elle a maintenant disparu. »

Les attaques contre les propriétés musulmanes se sont poursuivies mercredi matin. Cependant, certains hindous locaux patrouillaient dans la région pour protéger la mosquée et ont proposé d’abriter des familles musulmanes pour assurer leur sécurité.

Les émeutes ont continué de se propager dans le nord-est de Delhi, avec Jafrabad, Babarpur, Brahmpuri, Gorakh Park, Maujpur, Bhajanpura, Kabir Nagar, Chand Bagh, Gokulpuri, Karawal Nagar, Khajuri Khas et Kardampuri tous affectés. Mercredi matin, un déploiement intensif de policiers et de forces paramilitaires de Delhi était visible dans certaines des zones les plus touchées.

 

Le Premier ministre Narendra Modi a finalement rompu son silence sur la violence, appelant à «la paix et la fraternité».

« Il y a eu un examen approfondi de la situation qui prévaut dans diverses parties de Delhi », a tweeté Modi. « La police et d’autres agences travaillent sur le terrain pour assurer la paix et la normalité. »

Mercredi soir, un calme inquiet était descendu dans la ville mais il y avait toujours une forte présence policière dans les rues. Le conseiller à la sécurité nationale Ajit Doval a déclaré que la situation était «sous contrôle».

Ce fut les jours les plus sanglants de protestation en Inde depuis que le gouvernement de Modi a adopté une nouvelle loi de modification de la citoyenneté , qui accorde la citoyenneté aux réfugiés de toutes les grandes religions d’Asie du Sud, à l’exception des musulmans, en décembre.

 

La loi a déclenché un contrecoup à l’échelle nationale sur les craintes que la loi soit discriminatoire à l’égard des musulmans et sape les fondements laïques de l’Inde en faisant de la religion la base de la citoyenneté, et les manifestations se sont poursuivies à travers l’ Inde au cours des trois derniers mois.

La violence à Delhi a été déclenchée après que Kapil Mishra, chef du parti au pouvoir Bharatiya Janata (BJP), a incité une foule hindoue à expulser violemment un groupe de musulmans qui bloquaient une route dans le nord-ouest de Delhi pour protester contre l’acte de citoyenneté. Des groupes des deux côtés ont commencé à jeter des pierres et à s’attaquer, provoquant une escalade de la violence.

Un ordre juridique qui empêche les rassemblements de plus de quatre personnes a été imposé dans le nord-ouest de Delhi. La police a déployé des gaz lacrymogènes mais les mesures n’ont pas réussi à contenir les foules.

Mercredi, la Haute Cour de Delhi a adopté une série d’ordonnances relatives à la violence religieuse à Delhi. Les juges ont déclaré qu ‘«une autre situation semblable à celle de 1984 ne peut pas se produire dans cette ville sous sa surveillance», se référant aux pogroms anti-sikhs qui ont éclaté en Inde en 1984 après l’assassinat du Premier ministre Indira Gandhi, qui a vu plus de 3 000 personnes Des sikhs tués à Delhi.