L’Iran libère 10 000 prisonniers de plus pour lutter contre le coronavirus

Le leader iranien pardonnera 10 000 prisonniers de plus dans un effort apparent pour lutter contre le coronavirus , a rapporté jeudi la télévision d’Etat.

Dans le cadre des mesures visant à freiner la propagation du nouveau virus qui a tué plus de 1 100 personnes en Iran, le pays a déjà libéré 85 000 prisonniers en congé temporaire.

 

Le Moyen-Orient compte quelque 20 000 cas de virus, la plupart en Iran ou originaires d’Iran.

Pour encourager les gens à rester chez eux en Iran, le porte-parole du ministère de la Santé, Kianoush Jahanpour, a écrit sur les réseaux sociaux que le virus infecte en moyenne 50 Iraniens toutes les heures et que « un meurt toutes les 10 minutes ».

« Prenez des décisions intelligentes concernant les voyages, les visites et les réunions », a-t-il écrit sur Twitter, alors que les autoroutes restaient bondées de gens en voyage pour voir leur famille avant le nouvel an iranien vendredi.

La télévision d’État a cité le porte-parole de la justice, Gholamhossein Esmaili, disant que 10 000 prisonniers – parmi lesquels un nombre inconnu de détenus dont les affaires étaient politiques et liées à l’activisme ou au discours – se verraient accorder l’amnistie en vertu d’un décret du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, à l’occasion de la nouvelle année, appelé Nowruz.

Parfois, Khamenei, qui a le dernier mot sur toutes les questions de l’État, pardonne aux prisonniers. L’année dernière, il a gracié plus de 50 000 personnes à l’occasion du 40e anniversaire de la révolution islamique de 1979.

Les pays occidentaux ont exhorté l’Iran à libérer les doubles nationaux et autres, alléguant qu’ils sont utilisés comme monnaie d’échange dans les négociations.

Parmi ceux qui ont été libérés temporairement se trouvait Nazanin Zaghari-Ratcliffe, un double ressortissant irano-britannique détenu depuis longtemps sur des accusations internationalement critiquées. Zaghari-Ratcliffe, qui travaille pour la fondation caritative Thomson Reuters Foundation, a été arrêtée en 2016 pour avoir tenté de renverser le gouvernement alors qu’elle voyageait avec sa petite fille. 

Partager >>