Qui est Leo Szilard ?

Qui est Leo Szilard ?

décembre 4, 2019 Non Par Sophie

Leo Szilard s’oppose à l’utilisation de la bombe atomique

Témoignant devant le sous-comité mixte des affaires militaires et du commerce, le professeur Leo Szilard, de l’Université de Chicago, a critiqué le ministère de la Guerre et le major général Leslie Groves, chef du projet de bombe atomique, pour avoir rendu public un rapport sur le développement de l’énergie nucléaire.

Leo Szilard (1898-1964) était un physicien et inventeur américain d’origine hongroise qui a joué un rôle clé dans le développement de la bombe atomique. Bien qu’il s’opposait vocalement à l’utilisation de la bombe à la guerre, Szilard estimait qu’il était important de perfectionner la super-arme avant l’Allemagne nazie.

En 1933, Szilard a développé l’idée de la réaction en chaîne nucléaire et, en 1934, il s’est joint à lui pour faire breveter le premier réacteur nucléaire opérationnel au monde. Il a également écrit la lettre signée par en 1939 qui a convaincu le président américain Franklin Roosevelt de la nécessité pour cette trouvaille. Après que la bombe eut été testée avec succès, le 16 juillet 1945, il signa une pétition demandant au président Harry Truman de ne pas l’utiliser sur le Japon. Truman, cependant, ne l’a jamais reçu.

  Leo Szilard

  • Nom complet : Leo Szilard (né Leo Spitz)
  • Connu pour : Physicien nucléaire révolutionnaire
  • Né : 11 février 1898, à Budapest en Hongrie
  • Décès : 30 mai 1964, à La Jolla en Californie
  • Parents : Louis Spitz et Tekla Vidor
  • Conjoint : Gertrud (Trude) Weiss (1951)
  • Etudes : Université technique de Budapest, Université technique de Berlin, Université Humboldt de Berlin
  • Les principales réalisations : Réaction en chaîne nucléaire. Scientifique du projet Manhattan sur la bombe atomique.
  • Les récompenses : Prix Atomes pour la paix en 1959. Prix Albert Einstein en 1960 et le prix de l’ Humaniste de l’année en 1960.

Biographie

Leo Szilard est né Leo Spitz le 11 février 1898, à Budapest, en Hongrie. Un an plus tard, ses parents juifs, l’ingénieur civil Louis Spitz et Tekla Vidor, ont changé le nom de famille « Spitz » allemand en « Szilard » hongrois. Même à l’école secondaire, Szilard a montré une aptitude pour la physique et les mathématiques, remportant un prix national pour les mathématiques en 1916, l’année de son diplôme.

En septembre 1916, il fréquente l’Université technique de Palatine Joseph à Budapest en tant qu’étudiant en génie, mais s’engage dans l’armée austro-hongroise en 1917, à l’apogée du portrait du professeur de biophysique, Institute of Radiobiology and Biophysics, à l’Université de Chicago.

Etudes et premières recherches

Contraint de retourner à Budapest pour se remettre de la terrible grippe espagnole de 1918, Szilard n’a jamais vu la bataille. Après la guerre, il retourne brièvement à l’école à Budapest, et a été ensuite transféré à la Technische Hochschule de Charlottenburg en Allemagne, en 1920. Il a rapidement changé d’école, étudiant la physique à l’Université Humboldt de Berlin, ou il a assisté aux conférences de Max Planck et Max von Laue.

Après avoir obtenu son doctorat en physique à l’Université de Berlin en 1922, Szilard a travaillé comme assistant de recherche de Von Laue à l’Institut de physique théorique, où il a collaboré avec Einstein sur un réfrigérateur domestique basé sur leur pompe révolutionnaire Einstein-Szilard.

En 1927, Szilard a été embauché comme instructeur à l’Université de Berlin. C’est là qu’il publia son article  »

On the Decrease of Entropy in a Thermodynamic System by the Intervention of Intelligent Beings

« , qui allait servir de base à ses travaux ultérieurs sur la deuxième loi de la thermodynamique.

La réaction en chaîne nucléaire

Confronté à la menace de la politique antisémite du parti nazi et au traitement sévère des universitaires juifs, Szilard quitte l’Allemagne en 1933. Après un bref séjour à Vienne, il arrive à Londres en 1934. Au Bartholomew’s Hospital de Londres, il a découvert une méthode de séparation des isotopes radioactifs de l’iode. Ces recherches ont mené à l’octroi à Szilard du premier brevet pour une méthode de création d’une réaction en chaîne nucléaire en 1936. Comme la guerre avec l’Allemagne devenait de plus en plus probable, son brevet fut confié à l’Amirauté britannique pour en assurer le secret. Szilard a poursuivi ses recherches à l’Université d’Oxford, ou il a intensifié ses efforts pour avertir Enrico Fermi des dangers pour l’humanité de l’utilisation des réactions en chaîne nucléaires pour créer des armes de guerre plutôt que pour produire de l’énergie.

Le projet de Manatthan

En janvier 1938, alors que la guerre imminente en Europe menaçait son travail, sinon sa vie même, Szilard émigra aux Etats-Unis, ou il poursuivit ses recherches sur les réactions nucléaires en chaîne tout en enseignant à l’Université Columbia de New York. Lorsque la nouvelle parvint en Amérique en 1939 que les physiciens allemands Otto Hahn et Fritz Strassmann avaient découvert la fission nucléaire comme déclencheur d’une explosion atomique, Szilard et plusieurs de ses collègues physiciens convainquirent Albert Einstein de signer une lettre au président Roosevelt expliquant la force dévastatrice d’une bombe nucléaire.

Avec l’Allemagne nazie sur le point de s’emparer de l’Europe, Szilard, Fermi et leurs associés craignaient ce qui pourrait arriver à l’Amérique si l’Allemagne construisait d’abord une bombe fonctionnelle. Convaincu par la lettre d’Einstein-Szilard, Roosevelt ordonne la création de la célèbre collaboration de scientifiques américains, britanniques et canadiens exceptionnels qui se consacrent à l’exploitation de l’énergie nucléaire à des fins militaires. En tant que membre du Projet Manhattan de 1942 à 1945, Szilard a travaillé comme physicien en chef aux côtés de Fermi à l’Université de Chicago, ou ils ont construit le premier réacteur nucléaire opérationnel du monde. Cette percée a mené au premier essai réussi d’une bombe atomique, le 16 juillet 1945, à White Sands, au Nouveau-Mexique. Secoué par la force destructrice de l’arme qu’il avait contribué à créer, Szilard décida de consacrer le reste de sa vie à la sécurité nucléaire, à la maîtrise des armements et à la prévention du développement de l’énergie nucléaire à des fins militaires.

Les prix et fondations

Après la Seconde Guerre mondiale, Szilard est devenu fasciné par la biologie moléculaire et la recherche révolutionnaire menée par Jonas Salk pour mettre au point le vaccin antipoliomyélitique, ce qui lui a permis de fonder le Salk Institute for Biological Studies. Au cours de cette période, il a continué d’appeler à la maîtrise internationale des armements atomiques, à la promotion des utilisations pacifiques de l’énergie nucléaire et à l’amélioration des relations des Etats-Unis avec l’Union soviétique. Szilard a reçu le prix « Atomes for Peace » en 1959, a été nommé humaniste de l’année par l’American Humanist Association et a aussi reçu le prix Albert Einstein en 1960.

En 1962, il a fondé le Council for a Livable World (Conseil pour un monde vivable), une organisation qui se consacre à faire entendre au Congrès, à la Maison-Blanche et au public américain « la douce voix de la raison » sur les armes nucléaires.

La voix des dauphins

En 1961, Szilard publie un recueil de ses propres nouvelles, « La voix des dauphins », dans lequel il prédit les problèmes moraux et politiques qui seront déclenchés par la prolifération des armes nucléaires. Le titre fait référence à un groupe de scientifiques russes et américains qui, en traduisant le langage des dauphins, ont découvert que leur intelligence et leur sagesse dépassaient celles des humains.

Dans une autre histoire, « My Trial as a War Criminal », Szilard présente une vision révélatrice, quoique fantasmée, de lui-même en train d’être jugé pour crimes de guerre contre l’humanité après que les Etats-Unis se soient rendus sans condition à l’Union soviétique, après avoir perdu une guerre dans laquelle l’URSS avait déchaîné un programme dévastateur de guerre bactériologique.

Sa vie personnelle

Szilard a épousé le docteur Gertrud (Trude) Weiss le 13 octobre 1951 à New York. Le couple n’avait aucun enfant vivant connu. Avant son mariage avec le Dr Weiss, Szilard avait été le partenaire célibataire de la chanteuse d’opéra berlinoise Gerda Philipsborn dans les années 1920 et 1930.

La cause de sa mort

Après avoir reçu un diagnostic de cancer de la vessie en 1960, Szilard a suivi une radiothérapie à l’hôpital Memorial Sloan-Kettering de New York, utilisant un traitement au cobalt 60 que Szilard avait lui-même conçu. Après une deuxième série de traitements en 1962, Szilard a été déclaré sans cancer. La thérapie au cobalt conçue par Szilard est toujours utilisée pour le traitement de nombreux cancers inopérables. Au cours de ses dernières années, M. Szilard a été boursier du Salk Institute for Biological Studies à La Jolla, en Californie, qu’il avait aidé à fonder en 1963. En avril 1964, Szilard et le Dr Weiss ont déménagé dans un bungalow de l’hôtel La Jolla, ou il est mort d’une crise cardiaque dans son sommeil le 30 mai 1964, à l’âge de 66 ans. Aujourd’hui, une partie de ses cendres est enterrée au cimetière Lakeview, à Ithaca, New York, aux côtés de celles de son épouse.