GLI : La solution contre les impayés pour les propriétaires ?

En tant que propriétaire louant un logement, l’on n’est presque jamais à l’abri des problèmes liés au paiement du loyer. Même si le locataire respecte ses engagements sur une longue durée, et établit de fait une relation de confiance, il peut arriver que ce dernier manque de régularité à un moment donné, sans être forcément de mauvaise foi. Parce que l’on ne sait pas toujours ce qui peut arriver, il est alors préférable d’assurer ses arrières en tant que bailleur. Et s’il y a bien une formule qui permet très précisément de couvrir les loyers impayés, c’est bien la GLI (garantie des loyers impayés).

De quoi est-il question ?

Il s’agit d’une assurance, qui une fois souscrite permet au propriétaire d’un bien locatif d’être indemnisé lorsque son locataire ne verse pas le loyer. Cette indemnisation est donc intrinsèquement liée à la défaillance du locataire, mais il faut préciser qu’elle ne prend pas uniquement en compte les impayés classiques. Elle va bien plus loin en couvrant les situations dans lesquelles les loyers cessent brusquement d’être encaissés ; le décès du locataire par exemple.

La GLI s’adresse à tout propriétaire désireux de se prémunir contre les loyers impayés dans le cadre d’une location de longue durée. Toutefois, il est impossible de la cumuler avec la caution solidaire, sauf si le locataire est un étudiant ou un apprenti. Et bien évidemment, l’assureur n’interviendra pas si la caution a déjà servi à résoudre le problème.

La garantie des loyers impayés couvre toutes les mensualités, ainsi que les charges qui n’ont pas été payées par le locataire, de la date du premier manquement, jusqu’à celle de son départ. Les loyers non versés, taxes et charges comprises, sont donc remboursés. Sur Galian.fr, le contenu de la GLI est même plus élargi de sorte à offrir une meilleure protection au bailleur.

Notons par la même occasion qu’en cas de défaut de paiement du locataire, le propriétaire peut décider de suspendre le contrat de bail en demandant la résiliation judiciaire ou en faisant jouer la clause résolutoire. Il entamera dès lors une procédure juridique auprès du tribunal d’instance pour demander le remboursement des loyers impayés et/ou l’expulsion du locataire.

Mais, force est de constater que cette procédure est longue, difficile et coûteuse. Avec la GLI par contre, il n’y a pas à s’inquiéter, car c’est l’assureur qui prend le relais en cas de contentieux et prend en charge la totalité des frais de procédure. Pour en savoir davantage sur ce que vaut cette assurance, rendez-vous sur cette page.

Quelles démarches faut-il mener pour être remboursé ?

Au regard, des possibilités qu’offre la garantie des loyers impayés, il est assez clair qu’elle constitue une solution efficace contre les impayés. Cependant, certaines démarches doivent être menées avant toute indemnisation.

Tout d’abord, en cas de retard ou de loyer impayé, le bailleur doit contacter le locataire par courrier écrit ou électronique ou encore par téléphone afin de trouver une solution à l’amiable ; une mesure importante pour bénéficier de la GLI par la suite. Dans le cas où la location est gérée non pas par le propriétaire, mais par une agence de gestion locative, c’est cette dernière qui doit effectuer les démarches.

Ensuite, il faut savoir que le bailleur ne doit pas attendre plusieurs impayés avant d’agir ; la première défaillance suffit déjà pour prendre contact. Aussi, l’accord conclu avec le locataire même par téléphone doit être écrit par la suite, daté et signé par chacune des deux parties. En l’absence de réponse ou dans le cas d’un refus d’accord, le propriétaire doit désormais transmettre une lettre de mise en demeure en courrier recommandé avec accusé de réception au locataire.

Après cela, et malgré les relances, si le bailleur n’arrive toujours pas à obtenir le remboursement des loyers dus, celui-ci peut faire jouer la GLI. Il doit dans ce cas prévenir l’assureur au plus vite, plus précisément dans les délais prévus dans le contrat d’assurance et faire également une déclaration de sinistre. Des pièces justificatives seront inévitablement demandées avant une quelconque indemnisation.

Vous désirez en savoir plus sur la garantie des loyers impayés ? Ce lien vous serait utile à cet effet.

Partager >>