Ghosn a utilisé nos avions illégalement pour fuir le Japon, selon une entreprise turque

Ghosn a utilisé nos avions illégalement pour fuir le Japon, selon une entreprise turque

janvier 4, 2020 Non Par Tisma

Ghosn a utilisé nos avions illégalement pour fuir le Japon, selon une entreprise turque

Un exploitant de jet privé turc a déclaré vendredi que l’ancien patron de Nissan, Carlos Ghosn, avait utilisé illégalement deux de ses avions lors de son évasion du Japon, avec un employé falsifiant les dossiers de location pour exclure son nom des documents.

 

MNG Jet a déclaré avoir déposé une plainte pénale au sujet de l’incident, un jour après que la police turque ait arrêté sept personnes, dont quatre pilotes, dans le cadre d’une enquête sur le passage de Ghosn à travers Istanbul en route vers le Liban.

Ghosn est devenu un fugitif international après avoir révélé mardi qu’il s’était enfui au Liban pour échapper à ce qu’il a appelé un système judiciaire «truqué» au Japon, où il fait face à des accusations liées à de prétendus délits financiers.

 

Le Liban a reçu jeudi un mandat d’arrêt d’Interpol pour Ghosn, dont l’évasion surprise de son domicile à Tokyo vers un domicile séparé à Beyrouth n’a pas été entièrement expliquée.

Le Wall Street Journal a rapporté vendredi que le petit Ghosn s’était glissé hors du Japon à bord d’un jet privé caché dans un grand boîtier noir généralement utilisé pour transporter du matériel audio. Il était accompagné d’une paire d’hommes avec des noms correspondant à ceux des agents de sécurité américains, a indiqué le journal, citant des personnes familières avec l’enquête de la Turquie sur l’évasion.

 

Le diffuseur public japonais NHK, citant des sources d’enquête, a déclaré qu’une caméra de surveillance avait capturé l’ancien président de Nissan Motor Co quittant sa résidence de Tokyo seul peu de temps avant son évasion.

Les images de sécurité ont été prises dimanche par une caméra installée chez lui, dans le centre de Tokyo, et la caméra ne l’a pas montré rentrant chez lui, a déclaré NHK.

 

Tôt lundi, il avait atterri à Istanbul.

MNG Jet a déclaré dans son communiqué avoir loué deux jets à deux clients différents dans des accords qui « n’étaient apparemment pas connectés les uns aux autres ». Un avion a volé d’Osaka à Istanbul, l’autre d’Istanbul à Beyrouth.

 

« Le nom de M. Ghosn n’apparaît dans la documentation officielle d’aucun des vols », a-t-il déclaré.

« Après avoir appris par les médias que la location bénéficiait à M. Ghosn et non aux passagers officiellement déclarés, MNG Jet a lancé une enquête interne et déposé une plainte pénale en Turquie », a-t-il ajouté.

Un employé a reconnu avoir falsifié les documents et confirmé avoir « agi à titre individuel », a indiqué la société.

Les pilotes et autres détenus, dont deux personnels au sol de l’aéroport et un cargo, ont été renvoyés au tribunal vendredi après avoir fait des déclarations à la police, selon un témoin de Reuters.

Vendredi soir, le tribunal a décidé d’arrêter officiellement cinq des suspects, a rapporté l’agence de presse Anadolu. Les deux autres suspects ont été remis en liberté, selon les médias.

Vendredi, le porte-parole du ministère turc de l’Intérieur, Ismail Catakli, a déclaré aux journalistes que Ghosn aurait été transféré via la section cargo de l’aéroport d’Istanbul, mais n’a pas fourni de détails supplémentaires.

Ghosn a déclaré qu’il parlerait publiquement de son évasion le 8 janvier.

Certains médias libanais, dans des reportages similaires au Wall Street Journal, ont publié un récit semblable à Houdini de Ghosn emballé dans un conteneur en bois pour instruments de musique après un concert privé dans sa maison, mais sa femme a qualifié le récit de «fiction».

La NHK a déclaré que la police soupçonnait Ghosn d’avoir quitté son domicile pour rencontrer quelqu’un avant de se rendre à l’aéroport. Aux termes de sa caution, Ghosn devait faire installer des caméras de sécurité à l’entrée de sa maison.