VTC et Taxi : la différence entre ces deux moyens de transport

Le VTC ou « le Véhicule de Transport avec Chauffeur », est un moyen de transport qui devient de plus en plus renommé actuellement. Très apprécié, surtout par les touristes, ce mode de déplacement se rapproche de près au taxi. La différence entre les deux, ce sont les moyens utilisés (prix, commande, confort, plaisir…). Quoi qu’il en soit, il y en a toujours de ceux qui confondent les deux moyens de transports. Il semble alors utile de faire le point sur ce qui différencie un VTC d’un taxi.

La différence entre un taxi et un VTC

Le VTC, est vu comme un véhicule de déplacement discret. Il ne se distingue pas des autres véhicules, au contraire du taxi, qui a une enseigne lumineuse et qui se démarque par sa couleur.  Par contre, la voiture du VTC doit être un modèle de luxe que ce soit en puissance (moins de 120 chevaux), en place (4 à 9), de confort, de standing, et même la longueur est importante.

Les chauffeurs de VTC peuvent être exercés par des entrepreneurs indépendants. Ce qui est d’ailleurs de plus en plus recherché de nos jours. Pour les taxis, par contre, les chauffeurs peuvent être des simples salariés, des artisans, n’importe quelle personne, du moment où il remplit les conditions exigés par les propriétaires du véhicule. Au contraire du taxi, qui doit passer par de multiples examens pour pouvoir avoir sa licence, le VTC, on peut l’obtenir juste en payant les frais de dossiers, et il ne sera pas obligé d’attendre des années pour pouvoir commencer à travailler.

Par ailleurs, les assurances des deux moyens de transports sont différentes. Les primes à payer sont différentes, tout comme les conditions à respecter. L’assurance VTC s’avère plus élevée que l’assurance Taxi ou VTC.

Les conditions à remplir pour être un VTC

Pour la licence, le VTC peut l’obtenir en allant auprès du registre des VTC pour les indépendants, il aura une immatriculation valable durant trois pour 100 euros des frais de dossiers. Et pour les autres, ils peuvent s’inscrire dans une société déjà immatriculée, cela ne leur coûtera rien. Pour les débutants, ils doivent suivre une formation de 250 heures, pour l’obtention d’une carte professionnelle qui sera donnée par le préfet.

Le VTC ne prend pas les clients au passage, comme le taxi, ces derniers doivent réservés le véhicule à l’avance, soit sur le site du professionnel, soit par téléphone. Son plus, c’est le fait de pouvoir attendre des heures le client sur le lieu de ramassage, sans payer des frais en plus. C’est un moyen de transport pratique quand on souhaite se déplacer ou visiter la ville.

Partager >>