Culture

Quand et où les ouragans se produisent-ils ?

Les grandes tempêtes tropicales sont surtout connues pour faire des ravages dans tout le bassin du Pacifique Nord-Ouest, mais elles peuvent se former à d’autres endroit du globe comme l’Océan Indien ou l’Océan Atlantique.

Description et classification

Les ouragans sont des cyclones tropicaux qui se forment sous forme de tempêtes circulaires intenses au-dessus des océans tropicaux chauds. Les effets de ces tempêtes se font sentir à la fois sur la terre et sur la mer sous la forme de vents à grande vitesse, avec des vitesses supérieures à 119 km/h, souvent accompagnées de fortes pluies. Les ouragans, les tempêtes et les cyclones tropicaux se réfèrent tous essentiellement aux mêmes phénomènes naturels. La principale différence entre ces noms est qu’ils sont utilisés pour désigner de telles tempêtes dans différentes parties du monde. Dans le Pacifique Nord-Ouest, ces tempêtes sont connues sous le nom de typhons, tandis que dans l’Atlantique Nord et le Pacifique Nord-Est, elles sont connues sous le nom d’ouragans.

Le nom de cyclone est conservé lorsqu’on fait référence aux cyclones tropicaux qui se produisent au-dessus du Pacifique Sud-Ouest et de l’océan Indien. Compte tenu de l’augmentation de la vitesse moyenne du vent au centre d’un ouragan pendant une période de 10 minutes, les ouragans peuvent être classés en 6 étapes, de la forme la moins puissante à la plus puissante, comme suit :

  • les dépressions tropicales (La vitesse atteignant 62 km/h) ,
  • les tempêtes tropicales,
  • les fortes tempêtes tropicales,
  • les typhons,
  • les typhons sévères,
  • les super typhons (la vitesse du vent peut atteindre 185 km/h et plus).

La formation et le déplacement

Les perturbations tropicales qui se forment au-dessus des eaux tropicales chaudes des océans près des tropiques entraînent la formation d’ouragans. A mesure que les vents de basse altitude soufflent dans les régions touchées par ces perturbations, ils absorbent l’humidité et l’énergie de l’océan et s’élèvent vers le haut. L’énergie absorbée est perdue sous forme de chaleur, ce qui réchauffe l’air au-dessus de l’océan. Comme l’air chaud est moins dense, il s’élève et l’air plus froid de l’environnement est attiré dans le vide créé par l’air plus chaud qui monte. Cet air absorbe à nouveau l’humidité et l’énergie de l’océan, libérant à nouveau de la chaleur lorsqu’il s’élève. Ainsi, une colonne d’air chaud et humide se forme au-dessus de l’océan, ce qu’on appelle une dépression tropicale.

Comme la chute de pression atmosphérique qui en résulte ne cesse de s’intensifier, les vents de plus en plus forts sont attirés par la dépression, et bientôt un cyclone tropical pourrait voir le jour. Lorsque la vitesse du vent au centre de ces tempêtes dépasse un seuil de 119 kilomètres à l’heure, les tempêtes sont officiellement appelées ouragans. Une fois formés, ces ouragans ont tendance à suivre l’un ou l’autre des trois types de trajectoires suivants : une trajectoire rectiligne, une trajectoire parabolique incurvée et une trajectoire vers le nord, chacune affectant tout terrain qui est sur son axe de déplacement.

Les régions les plus vulnérables aux ouragans

Les régions ou pays situés près des eaux tropicales et subtropicales chaudes des mers et océans du monde sont les plus susceptibles de subir les effets des ouragans. Ces cyclones tropicaux prennent souvent naissance dans le nord-ouest de l’océan Pacifique, généralement dans les mers tropicales autour des îles Caroline et de la mer du Sud, et parfois aussi dans cette dernière. Les Philippines et la Chine sont les plus grands pays les plus touchés par les ouragans. Bien que les Etats-Unis et l’Australie connaissent également des cyclones tropicaux, ils sont connus sous des noms différents dans ces pays.

Les plus grands ouragans jamais enregistrés

Les ouragans ont fait des milliers et des milliers de victimes sur notre planète depuis la préhistoire, et continuent de le faire au cours du siècle actuel. Bien que ces tempêtes soient assez fréquentes, certaines sont plus dangereuses que d’autres.

Par exemple, l’ ouragan Ida, qui a frappé le Japon en 1958, a fait environ 1 269 morts et endommagé des biens pour une valeur de 50 millions de dollars américains.

L’ ouragan Nancy de 1961 a probablement connu les vents les plus forts jamais mesurés dans un cyclone tropical et a fait près de 173 morts et des milliers de blessés.

L’ ouragan Tip, qui a frappé Guam et le Japon le 12 octobre 1979 avec des vents de plus de 305 km/h, a tué près de 100 personnes et endommagé des biens valant des millions de dollars.

L’ ouragan le plus meurtrier du XXe siècle a été l’ ouragan Nina, qui a tué 100 000 personnes en Chine en 1975, en grande partie à cause des intenses inondations provoquées par ses fortes pluies.

L’un des cyclones tropicaux les plus violents et les plus meurtriers du XXIe siècle a été l’ ouragan Haiyan, qui a dévasté de vastes régions de l’Asie du Sud-Est, en particulier les Philippines, aussi récemment que le 8 novembre 2013, tuant près de 6 300 personnes aux Philippines seulement.

L’ ouragan Violet de 1961, l’ ouragan Sally de 1964, l’ ouragan Cora de 1966 et l’ ouragan Bopha de 2012 figurent aussi parmi les ouragans les plus puissants jamais enregistrés.

Les prédictions des scientifiques et la gestion des catastrophes naturelles

Les scientifiques prédisent que les ouragans et les cyclones du monde vont s’aggraver. A mesure que la Terre se réchauffe et que les perturbations météorologiques saisonnières deviennent plus fréquentes, la formation de cyclones tropicaux sera fortement favorisée.

Les scientifiques affirment que l’ ouragan Haiyan est un exemple de la façon dont les ouragans deviennent plus gros et plus menaçants de jour en jour. Ils prévoient également que, dans un avenir proche, des pays comme les Philippines pourraient être confrontés à plus de 20 ouragans par an, dont un ou même deux pourraient être des « super ouragans ».

En outre, comme les périodes entre les ouragans successifs deviendront plus courtes, laissant peu de temps aux pays touchés par l’ ouragan pour se remettre, les cyclones tropicaux causeront encore plus de dommages à la vie et aux biens que par le passé.

Bien qu’une réduction du taux de réchauffement de la planète serait la seule solution permanente à l’augmentation des menaces futures des ouragans, il est également important que les gouvernements des pays sujets aux ouragans élaborent rapidement de nouvelles politiques et des plans de gestion des catastrophes pour mieux gérer les effets de ces cyclones tropicaux dans les prochaines années.

Afficher plus

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer