Installation de fibre optique en Corse : des soupçons de favoritisme pèsent sur SFR

Signé en novembre 2018 entre SFR et la Collectivité de Corse, le contrat de délégation de service public concernant le déploiement de la fibre optique dans l’île a fait l’objet d’une enquête préliminaire. Selon les sources du Parisien, l’entreprise française de télécommunication choisie pour mettre sur pied ce projet pharaonique bénéficierait de favoritisme de la part des nationalistes corses. Retour sur cette affaire épineuse qui reste dans la ligne de mire de la police judiciaire d’Ajaccio.

Déploiement de la connexion haut débit en Corse : une affaire délicate

Le déploiement de la connexion haut débit en Corse concerne 344 communes, en dehors d’Ajaccio et de Bastia qui en bénéficient déjà. Le budget alloué au chantier d’installation de la fibre optique dans toute l’île s’élève à 275 millions d’euros, dont 52 millions d’euros subventionnés par le service public.

  • Un marché prometteur

De prime abord, un tel marché attire plus d’un acteur dans le secteur de la télécommunication et c’est SFR qui l’a remporté en novembre dernier aux dépens de deux mastodontes, dont l’opérateur historique de l’île, Orange, et le spécialiste de la conception et le déploiement de fibre optique, Covage.

Le 8 novembre 2018, le contrat de DSP de trente ans a été signé dans la capitale de la Corse par Gilles Simeoni, le président du conseil exécutif de Corse, et Alain Weill, le PDG du groupe Altice France (SFR). A l’issue de cette convention, le parquet de Bastia a ouvert une enquête préliminaire pour des soupçons de favoritisme selon les sources du Parisien.

  • Le chantier d’installation dans le viseur du parquet de Bastia

Des soupçons de « favoritisme » pèsent aujourd’hui sur SFR, l’un des acteurs économiques majeurs des médias et des télécommunications en France. Depuis la fin de l’année dernière, des enquêteurs et magistrats passent au crible les conditions d’attribution de ce gros marché et les éventuelles contreparties. Confiée à la police judiciaire de la capitale corse, l’affaire reste ultrasensible, d’autant plus que des centaines de millions d’euros sont en jeu, y compris l’argent du service public.

« Corsica Fibra » : un projet de 290 emplois directs sur 5 ans

Jusqu’à maintenant, seuls cinq centres urbains bénéficient de la connexion haut débit en Corse, à l’instar de la capitale et Bastia. Grâce au contrat de cinq ans signé entre SFR et la Collectivité Corse, c’est toute l’île qui sera équipée de la fibre optique à l’horizon 2023.

D’énormes travaux d’infrastructures devront ainsi être déployés pour mettre sur pied le projet, c’est pourquoi SFR a décidé de créer la société « Corsica fibra » pour financer, développer et exploiter le nouveau réseau. À terme, ce sont tous les opérateurs du pays qui devront bénéficier de ce dernier. En attendant, le projet promet 290 emplois directs et concerne plus de 300 communes.

D’après les informations du Parisien, l’entreprise responsable du chantier a fait appel à trois grands acteurs en génie civil en Corse pour concrétiser le projet dans les cinq prochaines années.

Partager >>