Withings cartographie l’activité physique en France avec ses bracelets

La société Withings, conceptrice d’objets connectés, met en place ce lundi 9 février, un Observatoire de l’activité physique en France. L’entreprise s’appuie sur les données fournies par les utilisateurs de bracelets connectés de la marque afin d’établir une cartographie de l’activité physique du pays.

L’entreprise française Withings, fondée en 2008, est spécialisée dans le développement et la commercialisation d’objets connectés. Elle équipe des millions de consommateurs dans le monde grâce à des appareils intelligents notamment des bracelets connectés capables d’analyser la sédentarité de ceux qui les portent.

La société souhaite désormais jouer un rôle en terme de santé publique et lance ce lundi 9 février un Observatoire de l’activité physique en France. S’appuyant sur les données fournies par environ 100 000 utilisateurs de ce type de bracelet, Withings a établi une cartographie des individus les plus actifs.

Une carte de santé mise à jour chaque semaine

Il s’agit d’une carte interactive, mise à jour chaque semaine, et répertoriant le pourcentage de personnes dites sédentaires équipées d’un bracelet. A savoir que Withings considère qu’un utilisateur est sédentaire s’il marche moins de 4 000 pas journaliers, bien que l’OMS en préconise 10 000. Le responsable des activités santé de Withings, Alexis Normand, a déclaré que l’entreprise était en possession d’« une des plus grandes bases de données du monde en termes de poids, d’activité physique ou de pression artérielle » et qu’à ce titre, les données collectées « ont une valeur de santé publique ».

Avec la création de cet observatoire, l’entreprise souhaite « contribuer à l’avènement d’une médecine préventive, prédictive et personnalisée ». L’exploitation de ces informations constitue, selon Alexis Normand, « une main tendue à la communauté scientifique, aux décideurs publics, à l’assurance maladie, aux chercheurs, à l’institut de veille sanitaire ou encore aux médecins » avec qui la société pourrait, à l’avenir, collaborer.

Partager >>
S'inscrire à notre Newsletter gratuite

S'inscrire à notre Newsletter gratuite

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir dans votre boite mail les derniers articles une fois par semaine.

Vous êtes inscrit