Comment les PME dépensent leurs budgets en technologies informatiques en 2019 ?

La façon dont une entreprise dépense son argent est évidemment très importante. Cependant, la façon dont une PME dépense son argent dans la technologie de l’information ou encore technologies informatiques (IT pour Information Technology) peut déterminer son avenir, y compris sa compétitivité sur le marché. Un sondage a été récemment mené auprès de 700 PME sur leurs plans d’achat en matière de IT pour 2019 et 2020. 

Les trois premiers rangs comprenaient l’informatique dans le Cloud (48 %) et la sécurité des données et de l’information (47 %) pour les priorités de dépenses cette année, précédées seulement par la technologie financière et comptable (54 %). Ces tendances sont d’autant plus évidentes que nous assistons à un pic de migration vers le cloud avec des solutions comme Office 365 et une augmentation des investissements de sauvegarde dans le cloud. Voici trois domaines informatiques communs pour lesquels les PME ont dépensé de l’argent en 2019.

1 – La migration dans le Cloud, Office 365

Le passage à Office 365 est l’une des tendances les plus marquantes que nous observons cette année. Les PME semblaient un peu lentes l’an dernier en ce qui concerne la mise en oeuvre, mais ce n’est pas le cas pour 2019. La plupart des entreprises de mise à niveau sont sur des versions héritées d’Office, mais la force motrice de la décision semble être le passage au cloud en raison des nombreux avantages qu’il offre. Parmi les avantages les plus importants, mentionnons les économies sur les coûts d’infrastructure, le temps de disponibilité maximal et la gestion centralisée des applications. Office 365 combine les avantages de la technologie cloud avec la base traditionnelle des offres logicielles sur site, c’est-à-dire les versions physiques et bureautiques des programmes Office. Il permet aux applications Office d’être disponibles à partir de plusieurs ordinateurs ou périphériques et offre également de l’espace de stockage sur le OneDrive de Microsoft. 

L’un des obstacles qui empêchent de nombreuses PME de migrer vers Office 365 est qu’elles sont submergées par le processus et les perturbations potentielles des e-mails et autres processus critiques. Dans ces cas, nous vous recommandons de faire appel à un fournisseur de services gérés pour vous aider dans le processus. Un MSP peut prendre en charge l’ensemble de la mise en oeuvre, ce qui permet aux clients de se concentrer sur leurs activités commerciales et quotidiennes. Le calendrier de mise en oeuvre dépend de la taille de l’entreprise, mais nos migrations gérées durent en moyenne deux à trois semaines.

2 – Les solutions de sauvegarde dans le Cloud : trouvez un endroit sûr pour le stockage

La deuxième tendance à la hausse des dépenses en IT cette année concerne la sauvegarde et le stockage dans le Cloud. Bien que les solutions de sauvegarde ne soient peut-être pas les premières choses qui viennent à l’esprit lorsque vous examinez votre stratégie informatique, ce que vous devez comprendre, c’est qu’elles pourraient très bien être à la base de votre succès. 

Pensez-y de cette manière : on ne peut pas construire un grand bâtiment sur des fondations faibles. Vous devez avoir des fondations solides pour héberger une infrastructure solide. Il en va de même pour votre stockage et votre sauvegarde. Le stockage est la base vitale pour votre cloud et votre centre de données. En fait, c’est vraiment le fondement de votre entreprise. De nombreuses PME qui n’ont pas de services de sauvegarde hébergés ou qui sont bloquées avec des infrastructures existantes cherchent des moyens de les mettre à jour sans se ruiner sur des achats matériels importants. Les solutions dans le cloud offrent une portabilité et une récupération faciles de tous les systèmes sur site ou de toutes les charges de travail basées sur le cloud à Amazon Web Services (AWS) et Microsoft Azure. 

La mise en oeuvre est également assez simple. En seulement deux étapes simples, vous pouvez maintenir la continuité et la disponibilité de vos activités dans les environnements du cloud computing. L’avantage d’emprunter cette voie est qu’elle ne nécessite pas d’équipement matériel supplémentaire, mais gardez à l’esprit qu’elle nécessite des ressources supplémentaires sur la machine virtuelle qui l’exécute. Cependant, vous avez un meilleur contrôle des ressources déployées lorsqu’une restauration est nécessaire. Parmi les autres avantages, citons les sauvegardes sans agent, la dé-duplication et la compression, ainsi que les sauvegardes hors site peu coûteuses. De tels outils peuvent aider les entreprises à tirer parti de la demande croissante de protection moderne des données et à se doter des ressources nécessaires pour réduire les dépenses, atténuer les risques et réaliser pleinement la promesse de la virtualisation.

3 – Investir dans de nouvelles infrastructures

Alors que les deux premières tendances évoquées sont liées au cloud computing et à la sécurité des données, la troisième tendance est la mise à jour des infrastructures informatiques obsolètes. Dans certains cas, comme lors de la mise à jour d’Office 365, la mise à jour de certaines infrastructures est remplacée par une option cloud. 

D’autres fois, il y a de nombreux systèmes qui ont besoin d’être continuellement mis à niveau et mis à jour. Et si la mise à jour de votre infrastructure informatique figure sur la liste des tâches de votre entreprise pour la nouvelle année, vous êtes dans la bonne voie. 

Selon un rapport récent sur l’état des technologies de l’information, 64% des entreprises augmentent leurs budgets en 2019 pour leur permettre d’actualiser leurs infrastructures. Bien qu’ils puissent avoir des raisons différentes d’avoir besoin de cette mise à jour, 2019 semble être l’année où on met l’ancien dehors, tandis que la nouveauté et le neuf  s’appliquent aux infrastructures informatiques. Le vieillissement et l’obsolescence du matériel peuvent entraîner divers problèmes. Elle provoque souvent de multiples points de défaillance au sein de l’architecture d’un système. Un tel échec peut entraîner d’énormes pertes monétaires directes et indirectes. Les temps d’arrêt sont coûteux et il y a une diminution de la productivité pendant que des remplacements sont trouvés ou que des réparations sont faites. 

Lorsque le matériel est vieillissant ou désuet, les pièces sont souvent difficiles à trouver et souvent coûteuses. S’il est impossible de localiser les pièces, il se peut que vous ayez besoin d’un  » pansement  » à court terme qui vous permette de poursuivre vos activités. Cependant, cela pourrait finir par coûter plus cher à long terme que le simple remplacement complet du matériel. En 2019 et au-delà, on s’attend à ce que ces tendances gagnent encore en popularité et continuent d’offrir de solides avantages aux entreprises de toutes tailles. 

Partager >>