L’agence du renseignement britannique a intercepté des milliers de mails de journalistes

De nouvelles révélations d’Edward Snowden, ancien informaticien aux services de la NSA et de la CIA, indiquent que les services de renseignements britanniques espionnaient des journalistes par le biais de leurs échanges par mails. Des milliers de courriers électroniques émis ou reçus par des journalistes de médias importants ont été interceptés.

Edward Snowden, le lanceur d’alerte à l’origine de la divulgation de détails sur la surveillance de masse par les gouvernements américain et britannique, révèle que le service de renseignement électronique du gouvernement britannique, le GCHQ, aurait espionné des journalistes.

Il déclare au « Guardian »qu’au court de l’année 2008, des milliers de communications faites par mails ont été interceptées afin de tester une nouvelle méthode de filtrage des informations. Il aurait pour cela piraté les câbles de fibre optique par lesquelles transitaient les informations. Une opération qui n’aurait duré qu’une dizaine de minutes mais qui aurait pourtant suffi à récupérer de nombreuses conversations privées.

Les services d’espionnage estiment être dans leur droit

Ce sont près de 70 000 e-mails de journalistes de presse américaine et européenne qui ont été captés par le GCHQ. Parmi les médias concernés se trouvent d’importants organes de presse tels que le « New-York Times », « The Sun », la « BBC », « Reuters », la « NBC » ou encore le journal français « Le Monde ». Le « Guardian », grâce à qui les révélations d’Edward Snowden ont pu être diffusées, figure également parmi les journaux ciblés par cet espionnage.

Le GCHQ, forcé de réagir aux accusations portées, n’a pas réfuté les propos du « Guardian » mais a indiqué que: « Toutes les opérations du GCHQ sont menées conformément au strict cadre légal et politique qui garantit que nos activités sont autorisées, nécessaires et proportionnées ». Le GCHQ estime par ailleurs que les journalistes peuvent constituer une « menace » pour la protection de certains renseignements jugés sensibles.

Partager >>
S'inscrire à notre Newsletter gratuite

S'inscrire à notre Newsletter gratuite

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir dans votre boite mail les derniers articles une fois par semaine.

Vous êtes inscrit