Culture

L’histoire du Kung Fu, ses caractéristiques, objectifs et sous-styles

Le terme chinois Kung Fu ne se limite pas à l’histoire des arts martiaux, car il décrit tout accomplissement individuel ou toute habileté raffinée qui s’acquiert après un dur labeur. En ce sens, le terme Kung Fu peut être utilisé pour décrire n’importe quelle habileté obtenue de cette manière, pas seulement celles de la variété des arts martiaux. Pourtant, le Kung-Fu (aussi appelé Gung Fu) est largement utilisé pour décrire une partie importante des arts martiaux chinois dans le monde contemporain. En ce sens, le terme est représentatif de systèmes martiaux très variés qui sont quelque peu difficiles à retracer. C’est quelque chose qui distingue les arts chinois de la majorité des systèmes d’arts martiaux, où une lignée plus claire est souvent connue. 

L’histoire du Kung Fu

Le début des arts martiaux en Chine a eu lieu pour les mêmes raisons que dans toutes les autres cultures : afin d’aider aux activités de chasse et de se protéger contre les ennemis. De plus, les preuves de techniques martiales, y compris celles liées aux armes et aux soldats, remontent à des milliers d’années dans l’histoire de la région. Il semble que l’empereur jaune Huangdi de Chine, qui a pris le trône en 2 698 avant JC, a commencé à formaliser les arts, cependant. En fait, il a inventé une forme de lutte enseignée aux troupes qui impliquait l’utilisation de casques à cornes appelés Horn Butting ou Jiao Di. Par la suite, le Jiao Di a été amélioré pour inclure des blocages d’articulations, des frappes et des blocages et est même devenu un sport sous la dynastie Qin (environ 221 avant J.-C.). Il semble également important d’ajouter que les arts martiaux chinois ont depuis longtemps une signification philosophique et spirituelle dans la culture. 


Les arts martiaux chinois et le Confucianisme

Parallèlement, les arts martiaux chinois se sont développés aux idées du Confucianisme et du Taoïsme sous la dynastie Zhou (1045 av. J.-C. – 256 av. J.-C.) et au-delà, et non en étant isolés d’eux. Par exemple, le concept taoïste du Ying et du Yang, les opposés universels, a fini par être lié dans une large mesure aux techniques dures et douces qui composent le Kung Fu. Les arts sont également devenus une partie des concepts du Confucianisme, car ils étaient liés aux choses idéales que les gens devraient pratiquer. 


Le Kung Fu et le Bouddhisme

Il est très important de parler du Bouddhisme en termes de Kung Fu. Le Bouddhisme est venu en Chine de l’Inde à mesure que les relations entre les deux régions se sont développées au cours des années 58-76 après J.-C. En conséquence, le concept du Bouddhisme est devenu plus populaire en Chine à mesure que les moines étaient envoyés et partis entre les pays. Un moine indien du nom de Bodhidharma est particulièrement mentionné dans les livres d’histoire des arts martiaux. Bodhidharma prêchait aux moines au Temple Shaolin nouvellement formé en Chine et semble avoir non seulement changé leur façon de penser en encourageant des concepts tels que l’humilité et la retenue, mais aussi avoir réellement enseigné aux moines les mouvements des arts martiaux. Bien que ce dernier point soit contesté, une chose semble claire. Une fois que Bodhidharma est arrivé, ces moines sont devenus des praticiens d’arts martiaux célèbres qui ont travaillé extrêmement dur à leur métier. Dans le même temps, les monastères taoïstes de la région ont également continué à enseigner différents styles de Kung Fu. 


L’évolution du Kung Fu

Au départ, le Kung Fu n’était en réalité qu’un art d’élite pratiqué par les détenteurs du pouvoir. Mais à cause des occupations japonaises, françaises et britanniques, les Chinois ont commencé à encourager les experts en arts martiaux à ouvrir leurs portes et à enseigner ce qu’ils savaient aux masses autochtones afin d’expulser les envahisseurs étrangers. Malheureusement, les gens ont vite découvert que les arts martiaux ne pouvaient pas repousser les balles de leurs adversaires. Quelque temps plus tard, le Kung-Fu eut un nouvel adversaire : le communisme. Lorsque Mao Zedong finit par s’emparer de la Chine, il tenta de détruire presque tout ce qui était traditionnel afin de développer son style particulier de communisme. Les livres de Kung-Fu et l’histoire chinoise, y compris une grande partie de la littérature sur l’art au temple Shaolin, ont été attaqués et dans de nombreux cas détruits à cette époque. Parallèlement, plusieurs maîtres de Kung Fu ont fui le pays jusqu’à ce que les arts martiaux chinois, comme cela avait toujours été le cas, fassent à nouveau partie de la culture un certain temps plus tard (dans ce cas-ci, la culture communiste).

Les caractéristiques du Kung Fu

Le Kung Fu est avant tout un style d’arts martiaux frappant qui utilise des coups de pied, des blocs et des coups de main ouverts et fermés pour se défendre contre les attaquants. Selon le style, les pratiquants de Kung Fu peuvent aussi posséder des connaissances sur les lancers et les blocages articulaires. L’art utilise à la fois des techniques dures (rencontrer la force avec la force) et douces (utiliser la force de l’agresseur contre lui). Le Kung Fu est largement connu pour ses formes belles et fluides.

Les objectifs de base du Kung Fu

Les objectifs de base du Kung Fu sont de se protéger contre les adversaires et de les neutraliser rapidement par des coups. Il y a aussi un côté très philosophique à l’art, car il est fortement lié, selon le style, aux principes bouddhistes et/ou taoïstes qui ont été élevés avec lui.

Les sous-styles de  Kung Fu 

En raison de la riche et longue histoire des arts martiaux chinois, il existe plus de 400 sous-styles de Kung Fu. 

  • Les styles nordiques, comme le Shaolin Kung Fu, ont tendance à accorder une certaine importance aux coups de pied et aux positions larges,
  • Les styles méridionaux sont plus au sujet de l’utilisation des mains et des positions plus étroites. 

Voici les sous-styles les plus populaires.

  • Nord :  Shaolin, Long Fist , Griffe d’aigle, Style du singe.   
  • Sud : Wing Chun, Hung Gar, Choy Li Fut. 

Les styles d’arts martiaux chinois

Bien que le Kung Fu représente une part importante des arts martiaux chinois, ce n’est pas le seul art chinois qui est reconnu. Voici une liste des plus populaires : Baguazhang, Shuai, Jiao, Tai Chi.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer