Vivendi prend le contrôle de l’éditeur de jeux Gameloft

Le groupe Vivendi a véritablement une main géante en matière d’investissement, sous la conduite de son PDG, Vincent Bolloré. Le groupe a réussi à prendre le contrôle de Gameloft, éditeur français très connu de jeux sur mobiles. Vivendi avait déjà annoncé son grand retour pour les jeux vidéos et son dévolu s’est porté sur Gameloft.

L’annonce a été faite par l’Autorité des marchés financiers (AMF) suite à l’offre publique d’achat (OPA) de Gameloft. La venue du groupe a permis de relever l’action de Gameloft pour atteindre 8 €, valorisant l’entreprise à 700 millions d’euros, elle s’échangeait au départ à 4 €.

Vivendi détiendra près de 61% du capital de Gameloft

L’OPA qui a permis à Vivendi de détenir près de 61% du capital de Gameloft a été confirmée par l’AMF. Il faudra tout de même patienter le verdict final de la Cour d’appel de Paris puisqu’un recours a été engagé par l’éditeur des jeux mobiles. Jusqu’en avril, la famille Guillemot à qui appartient Gameloft ne détenait plus que 21,7% du capital de l’entreprise. Cette décision de réinvestir dans les jeux vidéos a été prise par Vincent Bolloré qui désire signer le grand retour de Vivendi sur ce marché très porteur.

C’est un revirement de stratégie par rapport aux anciens dirigeants du groupe qui avaient plutôt vendus la totalité des parts de Vivendi au géant éditeur des jeux vidéos américain, Activision Blizzard. On ne peut s’empêcher de reconnaître que Vivendi a une attitude très agressive depuis quelques mois pour s’emparer de Gameloft, mais aussi d’Ubisoft.

Ubisoft, prochaine cible de Vivendi ?

Ubisoft au même titre que Gameloft sont dirigés par les frères Michel et Yves Guillemot. Ceux-ci sont très critiques sur les agissements agressifs de Bolloré et rappelle qu’un rachat de Vivendi des deux éditeurs à savoir Gameloft et Ubisoft serait désastreux pour le développement de ces entreprises.

Yves Guillemot rajoute qu’une synergie avec Vivendi, un géant des médias aurait pour conséquence, la perte de l’indépendance d’Ubisoft qui est jusqu’à présent sa principale force. Cette déclaration n’est pas vaine étant donné que Vivendi est le principal actionnaire d’Ubisoft avec un capital estimé à 18%. Vivendi a affirmé ne pas lancer une OPA sur Ubisoft et souhaite plutôt une représentation à son conseil d’administration.

Partager >>