Virus Zika : Un test de diagnostic rapide de Roche autorisé aux États-Unis

La recherche pharmaceutique contre le virus Zika va connaître une grande avancée aux États-Unis. La Food and Drug Administration (FDA) a donné l’autorisation d’urgence au géant pharmaceutique Suisse Roche de faire un test de diagnostic du virus Zika sur certains patients convaincus d’infection.

C’est l’occasion pour ce laboratoire de sélectionner des personnes développant des symptômes de cette épidémie afin de leur faire passer ce test de dépistage. Le laboratoire a tenu à préciser lundi que même si ce procédé n’a pas encore été homologué, il s’agit en urgence d’apporter quelques réponses sur la rapidité des diagnostics.

Test de diagnostique virus Zika, une opportunité pour mieux cerner le virus

La directrice de Roche Molecular Diagnostics, Uwe Oberlaender a déclaré que « Le test LightMix Zika est un test moléculaire facile à utiliser qui permet aux professionnels de la santé de détecter rapidement le virus ». Ce test est d’autant plus important que le Virus Zika cause déjà en Amérique latine une explosion de microcéphalie qui est une inflammation sévère et irréversible de la taille du crâne.

Le test de diagnostic virus Zika s’est essentiellement basé sur les infections causées par le moustique Aedes aegypti. En marge de ce test, ce laboratoire a également développé le Cobas Zika qui permet le dépistage du même virus, à travers des prélèvements sanguins, déjà en cours dans des centres aux États-Unis. Ce dernier porte le statut dit « demande de drogue nouvelle de recherche » (DNR), permettant d’ouvrir la collecte et de faire des tests d’échantillons aux fins de dépistage.

Test de diagnostic virus Zika : 11 000 Américains infectés, un bilan qui inquiète

Après avoir été détecté sur près de 2 500 personnes aux États-Unis et plus de 9 000 dans l’ensemble des territoires américains, la population américaine fait de plus en plus face à une épidémie. La plupart des cas recensés sont des cas importés, sujets des voyages effectués dans des pays où cette épidémie fait des ravages.

Cependant, en Floride, on a constaté une vingtaine de cas d’infections issues de cette ville. L’inquiétude vient surtout du fait que les femmes enceintes et leurs bébés présentent la couche la plus préoccupante. Une femme enceinte infectée c’est la quasi-certitude d’avoir des bébés sujets à des malformations congénitales à l’exemple de la microcéphalie.

Partager >>