VIH Sida : 21e conférence internationale sur le Sida à Durban

La 21e conférence internationale sur le Sida à Durban en Afrique du Sud a débuté officiellement ce lundi 18 juillet et se poursuivra jusqu’au 22 juillet. L’objectif visé par cette conférence va en droite ligne avec celui d’ONUSIDA : éradiquer l’épidémie du VIH Sida à l’horizon 2030.

Mais cela passe par l’augmentation des fonds disponibles aux préventions et traitements des malades. Pour la seconde fois, la conférence se tient cette année en Afrique du Sud, un pays qui recense près de 380 000 cas d’infections chaque année alors qu’en France, elle est de 6 000.

Des objectifs pour la fin du VIH Sida d’ici 2030

La 21e conférence internationale sur le VIH Sida va réunit 18 000 praticiens, militants, bailleurs de fonds… dont l’objectif est d’éradiquer l’épidémie d’ici 2030. Des progrès notables ont été effectués pour réduire le taux de contamination dans plusieurs pays. En exemple, lors de la dernière conférence internationale il y a 16 ans en Afrique du Sud, ce pays dénombrait pratiquement 640 000 nouvelles infections chaque année. Aujourd’hui, les estimations font état de 380 000 nouveaux cas, une baisse encourageante, mais qui laisse dubitatif sur la capacité du monde à mettre réellement fin à cette épidémie.

Des pays comme la Russie pourraient même faire remonter à la hausse l’épidémie du VIH Sida. D’après le directeur exécutif d’Onusida, les nouvelles infections depuis 2010 stagnent et si rien n’est fait dans l’immédiat, il deviendra difficile de maîtriser cette maladie qui fait encore 1,2 million de victimes par an.

La recherche française à l’honneur à la conférence internationale sur le VIH Sida

La France est l’un des premiers contributeurs dans la lutte contre le VIH Sida. En effet, elle contribue chaque année à hauteur de 360 millions d’euros et au-delà de cette manne financière, elle est très avancée dans les recherches de prévention et de traitement. La dernière en date concerne les antirétroviraux destinés à prévenir la maladie chez les personnes séronégatives, mais très exposées à une contamination du VIH.

C’est le cas par exemple des homosexuels et des transsexuels. Il sera également attendu le programme « dépister et traiter immédiatement » (Test & Treat), les résultats des études de l’ANRS pour procéder à une évaluation de la simplification de la durée de traitement, actuellement 4 jours sur 7.

Pour finir, les chiffres clés du Sida dans le monde :

le sida dans le monde en chiffres

Le sida dans le monde en chiffres

Partager >>
S'inscrire à notre Newsletter gratuite

S'inscrire à notre Newsletter gratuite

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir dans votre boite mail les derniers articles une fois par semaine.

Vous êtes inscrit