Le tabagisme passif sévit dans les lycées et universités

En 2014, il a été rapporté que près de 9% des Français ont été exposés à la fumée de cigarette dans les lieux publics comme les restaurants et les bars en dépit de la loi sur le tabagisme passif. Le problème est plus grave dans les lycées et les universitaires, 70% des jeunes non-fumeurs affirment avoir été exposés à la fumée du tabac.

Il s’agit en réalité du tabagisme passif qui est le fait d’inhaler la fumée que dégagent un ou plusieurs fumeurs. Plusieurs études sanitaires ont déjà prouvé un réel danger sur la santé des non-fumeurs, dont le risque de cancer de poumon qui peut augmenter de 25%.

Des chiffres jugés très préoccupants

Les chiffres publiés dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BIEH) de l’institut de veille sanitaire (InVS) sont jugés très préoccupants et pourraient accentuer le nombre de cancers chez les non-fumeurs. Les auteurs de l’étude rapportent : « Les expositions aux abords des établissements ont été probablement en partie comptabilisées. Ce résultat reste néanmoins préoccupant ». D’après les mêmes sources, ceci peut également s’expliquer par les phénomènes de groupe à la sortie des cours.

Pour compléter cette source, une autre enquête d’Ipsos sur la période du 11 décembre 2013 au 31 mai 2014 a été menée auprès d’une population représentative de 15 à 75 ans. 88,1% des fumeurs étaient plus exposés que les non-fumeurs, mais ceux-ci l’étaient à un pourcentage très élevé, soit 70,1%.

Le non-respect de la loi contre la débanalisation du tabac

Un constat est tout de même clair, si le pourcentage des non-fumeurs est aussi élevé dans les lycées, les universités, les lieux publics comme les restaurants, les discothèques…, c’est dû au fait que la loi sur l’interdiction de fumer dans ces lieux n’est pas appliquée. Les établissements scolaires doivent retenir l’attention des autorités pour faire baisser cette tendance alarmante sur la santé des plus jeunes.

Benoit Vallet, Directeur général de la santé souligne : « Si l’interprétation précise de ces résultats doit rester prudente, ils montrent sans ambiguïté que la lutte contre la débanalisation du tabac dans les lieux d’enseignement doit être une priorité des années à venir ». Chaque année en France, près de 1 100 personnes décèdent dû à l’exposition à la fumée du tabac.

Partager >>