Système de santé : les limites des promesses des pro-Brexit

Pendant la campagne, les partisans du Brexit n’ont cessé de rappeler à leurs compatriotes que le Royaume-Uni reversait près de 20 milliards de livres chaque année à l’Union européenne, soit 350 millions de livres chaque semaine. La sécurité sociale anglaise, NHS pourrait bénéficier de cette manne financière qui ne sera plus envoyée à Bruxelles.

C’était d’ailleurs l’un des principaux arguments des pro-Brexit sur le système de santé. Sauf que quatre jours seulement après le vote, on constate déjà une limite sur les promesses des « Brexiters ». Des chiffres qui étaient déjà contestés par le camp adverse qui souhaitait le maintien du Royaume-Uni dans l’UE. Aujourd’hui, on peut voir plus clair.

La somme inexacte annoncée par les pro-Brexit

La somme de 350 millions de livres qui serait reversée à l’Union européenne a sûrement fait pencher plusieurs personnes encore indécises soucieuses de leur santé à voter pour la sortie du Royaume-Uni. Cette information très controversée a fait l’objet d’une diffusion assez insistante sur les bus, les emails, etc. La réalité est tout autre : l’institut indépendant Full Fact indique que la contribution théorique des Britanniques atteint chaque année 18 milliards de livres.

Il faut déduire la ristourne de 5 milliards exigé par Margaret Thatcher en 1984, les multiples aides octroyées aux agriculteurs anglais, soit 4 milliards de livres et l’aide à la recherche qui est de 1,4 milliard de livres. On parvient à un montant de 7,3 milliards de livres par an selon la revue The Telegraph, soit 140 millions de livres par semaine, bien loin de la somme annoncée par les pro-Brexit.

Les promesses intenables des Brexiters sur le système de santé

Cette somme de 350 millions de livres a été reconnue comme inexacte par les partisans du Brexit. L’eurosceptique Nigel Farage a avoué que c’était « une erreur », « ce n’était pas l’un de mes arguments. Je pense que c’est l’une des erreurs commises par la campagne pro-Brexit ».

Le maire de Londres était allé jusqu’à déclarer que cette somme serait reversée à la sécurité sociale du pays, NHS pourrait aussi permettre l’arrivée rapide des secours sur les lieux des accidents. Il est reconnu aujourd’hui que les Anglais ne verront qu’une partie des sommes réelles ou peut-être rien a reconnu Nigel Farage.

Partager >>