Sida : l’origine de l’épidémie du VIH découverte par les scientifiques

Après plusieurs années de recherches, des scientifiques viennent de découvrir l’origine de l’épidémie du VIH qui frappe des millions d’individus à travers le monde. Si de réels progrès ont été menés pour faire reculer le nombre de victimes, il faut tout de même rappeler que près de 36,9 millions de personnes (chiffre 2014) vivent avec le virus.

Si on s’en tient à leurs résultats, tout aurait débuté dans les années 1920 à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo. De nombreuses analyses ont pu démontrer que le virus VIH est étroitement apparenté au VLS (Virus de l’immunodéficience simienne), un virus dont sont principalement victimes les singes et les chimpanzés.

Comment expliquer cette origine du Sida dans le monde ?

Alors, si les singes étaient menacés par le VLS, comment expliquer sa transmission chez l’homme et la pandémie que représente le VIH de nos jours ? Cela proviendrait de la consommation des singes dans cette partie de l’Afrique. Or, ce type de virus a une capacité hors norme de variabilité génétique, une des raisons pour lesquelles la lutte contre le Sida est ardue depuis plus de 20 ans malgré des avancées.

Les scientifiques ont procédé à des analyses très poussées d’environ 800 personnes malades porteuses du virus VIH en Afrique de l’Ouest. Ils ont pu établir un arbre généalogique des différents sous-types de VIH : M, N, O et P, le sous-type M affectant plus de 90 % des malades apparu vers 1920. Ces groupes auraient un ancêtre commun apparu il y a 100 ans et la localisation géographique de chaque échantillon prélevée les a conduits à Kinshasa.

SIDA : Les facteurs qui ont favorisé la propagation du VIH

D’après les résultats de leurs analyses, les scientifiques ont été surpris de se rendre compte que le groupe M qui affecte plus de malades est moins infectieux que le groupe O. Nuno Faria de l’Université d’Oxford qui a supervisé cette étude précise : « Ce sont des facteurs écologiques plus que d’évolution qui ont dirigé sa propagation rapide ».

L’évolution et la propagation du sous-type M a pris de l’ampleur dès 1920 au moment où Kinshasa devenait une ville cosmopolite attirant les habitants de campagne qui consommaient la viande du singe, mais aussi les travailleurs du sexe. La libération sexuelle au cours des années 1970 a aggravé la situation et avec les grandes masses de déplacements, le virus du VIH s’est retrouvé aux États-Unis, en Europe et dans le reste du monde.

Partager >>