Sécurité routière : les pictogrammes sur les médicaments sont inefficaces

Une étude publiée dans la revue British Journal of Clinical Pharmacology révèle que les pictogrammes sur les médicaments sont inefficaces. Depuis leur introduction en France, le nombre d’accidents de la route liés à la prise des médicaments n’a pas baissé. Malheureusement, la mise en place du nouveau système de pictogrammes sur les boites de médicaments s’avère jusqu’ici inefficace.

C’est à se demander d’ailleurs si les consommateurs comprennent ou pire remarquent même ces signaux. Ce système de signalement avec un triangle de différentes couleurs est entré en vigueur en 2007 par l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé). Le but étant de sensibiliser au mieux le consommateur sur les risques d’accident de voiture en cas de prise de certains médicaments.

Inefficacité des pictogrammes sur les médicaments : les accidents routiers continus

Le pictogramme est de forme triangulaire, coloré et généralement associé à un texte. Le triangle jaune (niveau 1) indique « Soyez prudent », « Ne pas conduire sans avoir lu la notice ». Le triangle orange (niveau 2) recommande d’être « très prudent » et de « ne pas conduire sans l’avis d’un professionnel de santé », puis le rouge (niveau 3) interdit formellement la conduite.

Suite à l’étude menée par des chercheurs de l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale), l’Inefficacité des pictogrammes sur les médicaments se traduit par l’impact des pictogrammes de niveaux 2 et 3 sur les accidents routiers. Les cobayes étaient des conducteurs qui prenaient des somnifères ou des médicaments contre l’anxiété de la famille des benzodiazépines. La prise des médicaments est responsable de 3 à 4 % de l’ensemble des accidents de la circulation en France. 150.000 conducteurs ont été impliqués dans les accidents de la route entre 2005 et 2011.

Inefficacité des pictogrammes sur les médicaments : il faut trouver des solutions

Emmanuel Lagarde, le principal auteur de l’étude insiste sur le fait que « Les informations inscrites sur les boîtes des médicaments sont pertinentes, mais ça ne suffit pas ». L’inefficacité des pictogrammes sur les médicaments a été prouvée et aucune baisse durable du risque d’accidents liés aux médicaments n’est à prévoir.

Toutefois, les chercheurs soulignent le rôle que doit jouer le médecin dans la mise en garde du patient suite aux effets secondaires des médicaments à risque. Aujourd’hui, des dispositions doivent être prises afin de changer non pas la configuration des pictogrammes, mais la communication et l’information chez les patients pour une meilleure prévention routière.

Partager >>
S'inscrire à notre Newsletter gratuite

S'inscrire à notre Newsletter gratuite

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir dans votre boite mail les derniers articles une fois par semaine.

Vous êtes inscrit