Les protéines végétales réduisent les risques de maladies cardiovasculaires

Selon une étude menée par des chercheurs américains, les protéines végétales réduisent les risques de maladies cardiovasculaires. Contrairement à la viande et aux œufs, ces dernières ne contiennent pas de mauvaises graisses. Plutôt riches en fibres, en fer et glucides, les protéines végétales ont l’avantage de nous procurer de l’énergie sans aucun effet secondaire.

D’ailleurs, les scientifiques recommandent fortement les aliments tels que : les pois chiches, les lentilles et toutes autres légumineuses. Elles participent également dans notre constitution musculaire et même cutané. Les avantages sont légions pour ces aliments naturels sur notre organisme, car même notre immunité cellulaire passe par les protéines végétales.

Les protéines végétales diminuent les problèmes de cœur

Les protéines sont associées aux lipides et aux glucides, l’un des trois composants des micronutriments. Des scientifiques du Massachusetts General Hospital and Harvard School (Boston) aux États-Unis s’y sont intéressés pour déterminer leur importance dans notre système immunitaire. Pour y parvenir, ils ont distribué des formulaires comportant des questions sur leurs régimes alimentaires à 131 342 personnes qu’ils ont suivis pendant 32 ans. Dans les dossiers constitués, le régime alimentaire a été isolé afin d’obtenir les résultats les plus authentiques possible.

D’une part, les consommations de protéines végétales et de l’autre celles des protéines animales. Les résultats sont sans appel : « remplacer 3 % des calories protéiniques d’origine animale par des protéines végétales réduit significativement le risque de mortalité ». Consommer des protéines animales augmente de 8 % le taux de mortalité par des maladies cardiovasculaires. Par contre, la consommation de protéines végétales réduit de 10 % les risques de décès et de 12 % les risques de mourir d’une maladie cardiovasculaire.

Protéines végétales : faire de bonnes associations alimentaires

Si les protéines végétales réduisent les risques de maladies cardiovasculaires, cela ne signifie pas qu’on doit supprimer les protéines animales de notre alimentation. Il convient de réduire sa consommation de viande et de combler le manque des acides aminés par une bonne association de légumineuses et de céréales (lentilles, haricots, chiches, riz, pâtes…). Toutefois, les chercheurs soulignent qu’il est inutile de supprimer la viande des volailles ou le poisson, ce sont des sources de protéines saines.

Partager >>
S'inscrire à notre Newsletter gratuite

S'inscrire à notre Newsletter gratuite

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir dans votre boite mail les derniers articles une fois par semaine.

Vous êtes inscrit