Les ondes de nos smartphones favoriseraient bien les cancers

Une étude très sérieuse sur les ondes de Smartphones menée par National Toxicology Program (NTP) après deux ans d’intenses recherches vient d’être publiée : les ondes de nos mobiles auraient bel et bien un impact sur notre santé et favoriseraient le développement des cancers.

Certaines études avaient jusqu’ici affirmées le contraire, mais cette fois-ci, l’étude a été menée par une prestigieuse institution américaine très réputée pour ses analyses. De plus, le NTP se montre très catégorique dans ses conclusions concernant le réel danger des micro-ondes des Smartphones sur la santé des utilisateurs.

Une étude qui a nécessité d’importantes ressources

Pour arriver à des résultats si probants, le National Toxicology Program (NTP) a mobilisé d’importantes ressources. En effet, pour une durée de deux ans, l’étude a nécessité plus de 20 millions de dollars. Les tests portaient sur plusieurs groupes d’animaux ayant chacun 90 individus, le but étant d’obtenir des résultats statistiques fiables sur la santé. Chaque groupe de rats a été exposé à un DAS (débit d’absorption spécifique) au dessus de la moyenne des mobiles qui est estimé à 1W/kg. 1,5 W/kg, 3 W/kg et 6 W/kg sont les DAS sur lesquels les différents groupes d’animaux ont été soumis.

Les rats ont été exposés à des ondes pendant 18 heures par jour suivant un cycle régulier de 10 minutes d’expositions et 10 minutes de pause. Les résultats sont tout de même surprenants : le cœur est l’organe qui a été le plus touché alors qu’on croyait jusqu’ici que le cerveau était principalement l’organe le plus atteint.

Des études sur les ondes des smartphones qui se contredisent

Avant cette étude, plusieurs autres ont été réalisées et les résultats ont toujours laissé le grand public assez perplexe par leur contradiction. Certaines ont classifié les ondes des smartphones comme cancérigènes sur l’organisme tandis que d’autres affirment qu’elles n’ont aucun effet sur la santé. Il faut tout de même souligner que l’étude publiée par NTP précise qu’aucun cancer n’a été développé, mais que des signes favorables à leur développement ont été observés.

Toutefois, l’ensemble des résultats de cette étude reste encore attendu et si d’autres analyses de NTP viennent à être confirmées, le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) pourrait revoir la classification des ondes électromagnétiques.

Partager >>