Midi-Pyrénées : deux villages se déchirent pour un médecin

Cette histoire rocambolesque relit deux villages du Midi-Pyrénées. Attendu tel un messie pour s’occuper de la santé de la population de Castelnau-Rivière-Basse, le Dr Luminita Nechita, une praticienne d’origine roumaine suscite désormais la polémique. En effet, cette dernière a décidé de quitter ce village pour s’installer à une trentaine de kilomètre dans le canton du Gers.

Pour le maire de Castelnau-Rivière-Basse, ceci est inadmissible. Pour ce dernier, compte tenu de tous les efforts tant physique que financier que cela a coûté au village pour son recrutement, elle n’a aucun droit de quitter le village pour aller exercer ailleurs.

Les dessous de cette étonnante histoire

Installée à Castelnau-Rivière-Basse, un désert médical depuis le 7 février dernier, le docteur Luminita Nechita a rendu au petit village une sérénité longtemps perdu. Depuis que le médecin du village était a la retraite, le village n’avait plus de médecin généraliste pour prendre soin de la population déjà vieillissante. Ainsi, pour pouvoir charmer le docteur, le maire a tout mis en œuvre pour réussir à convaincre cette dernière de venir pratiquer dans sa circonscription : une maison de service, une exonération sur centaines charges et bien plus encore.

« Tous ces efforts pour qu’un mois et demi après elle nous dise qu’elle part dans le Gers…» s’insurge le maire de Castelnau-Rivière-Basse, Francis Loumagne. Elle a fait le choix d’aller rejoindre une autre praticienne le Dr Daïna David, elle aussi roumaine à Montesquiou, petit chef-lieu de canton du Gers.

Pas assez de malade et peu d’avantages fiscaux

La venue du Dr Luminita Nechita à Gers est une bonne nouvelle pour les habitants de ce petit village en attente depuis 20 ans d’un second médecin. Selon elle, il n’y avait pas assez de malades à Castelnau, seulement 10 à 20 patients par semaine. Elle rajoute que les avantages fiscaux étaient nettement insuffisants pour qu’elle reste.

Elle pensait bénéficier d’une exonération fiscale pendant 5 ans or, le maire lui a rapporté que ce dispositif fiscal était terminé en décembre 2015. A Gers, elle aura droit à tous les avantages fiscaux qui lui ont été refusés à Castelnau. Gers a rappelé que : « conformément à la loi, les médecins sont libres de s’installer où bon leur semble »

Partager >>
S'inscrire à notre Newsletter gratuite

S'inscrire à notre Newsletter gratuite

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir dans votre boite mail les derniers articles une fois par semaine.

Vous êtes inscrit