Michel sapin ministre des Finances « au quotidien, pouvoir payer par carte, c’est un progrès »

La hausse des frais de tenue de compte par les grandes banques en France avait obligé le ministre des Finances, Michel Sapin a évoqué le sujet face aux mécontentements des associations des consommateurs. On se souvient encore qu’en janvier de cette année, le ministre avait reçu les dirigeants de ces banques françaises pour une clarification sur le sujet. Michel Sapin avait alors déclaré :

« Face à des tarifs bancaires qui augmentent, je veux que tous puissent disposer d’une information transparente sur les tarifs pratiqués et que ceux qui le souhaitent puissent changer plus facilement qu’aujourd’hui de banque ».

La question des frais bancaires

Devant l’augmentation du nombre de banques en France qui pratiquent les hausses de frais de bancaires, il fallait prendre des résolutions en faveur des consommateurs. La décision avait été prise au cours de cette réunion entre le Comité Consultatif du Secteur Financier (CCSF) et le ministre de mettre sur pied un comparateur public de tarifs bancaires pour plus de lisibilité. Eh bien, depuis le 1er février 2016, c’est effectif, les consommateurs peuvent vérifier les tarifs de frais bancaires sur le site tarifs-bancaires.gouv.fr.

BNP Parisbas et Société Générale, deux acteurs majeurs du secteur bancaire ont déjà franchi le pas en baissant leur tarif dans la facturation des tenues de compte. L’étude menée par Emmanuel Constans, président du CCSF a pour mission d’améliorer les relations banques-clients grâce à des études poussées sur les frais de tenue de compte.

La carte bancaire dès le premier euro

Utiliser la carte bancaire dès le premier euro est un objectif majeur pour Bercy afin de réduire le coût des transactions par carte bancaire sur les petits montants. Il a rappelé : « Au quotidien, pouvoir payer par carte quand on le souhaite, c’est un progrès ! » Il faut donner la possibilité aux commerçants d’accepter les paiements par cartes bancaires dès le premier euro. Cela implique aussi de mettre sur pied le système d’opération automatisé de mobilité bancaire inspiré par la loi Macron. Toutes ces mesures et le dispositif de cette loi doivent être effectifs le 1er février 2017. Les banques sont appelées avant cette date à s’engager dans la voie de mobilité des bancaires.

Partager >>