L’inquiétante baisse des médecins généralistes en France

Selon le Conseil de l’ordre des médecins en France, on enregistrera la perte d’un médecin sur quatre d’ici 2025 si aucune mesure n’est prise contre les déserts médicaux dans certaines régions. On évoque une chute des vocations et un besoin de revalorisation.

Tenez par exemple, le 1er janvier, le nombre de généralistes était estimé à 88 896, soit une chute de 8,4 % sur la période entre 2007 et 2016. Ce qui est encore préoccupant, c’est que rien ne laisse présager un frein à cette baisse.

Même Paris est concerné par cette baisse des médecins généralistes

Le rapport du Conseil de l’ordre indique bel et bien une baisse de 8,4 % du nombre de généralistes par rapport à 2007. En cause, une importante hausse des médecins retraités qui a atteint près de 90 % au cours de ces 10 dernières années. L’âge moyen des généralistes est de 52 ans en France, ils sont donc plus proches de la retraite et dans le même temps, 27,1 % sont âgés de 60 ans au moins et ceux qui ont moins de 40 ans ne représentent que 16 % des effectifs.

Ce problème ne concerne pas uniquement les régions périphériques, toute la France est concernée et même les grandes villes. En plein cœur de Paris, l’hémorragie serait d’ailleurs en forte hausse avec la perte d’un quart de médecins en moins de neuf ans.

Un paradoxe par rapport aux médecins spécialistes

Ce qui est paradoxal, c’est le nombre de spécialités en constante hausse. L’Atlas sur la démographie médicale précise une augmentation de 7 % des médecins spécialistes, soit près de 85 064 en exercice. Le Conseil affirme que : « La tendance à la hausse a une forte probabilité de se confirmer jusqu’en 2025 ».

Pour éviter cette décrue des médecins généralistes, l’État compte mettre en place ou renforcer certaines mesures déjà existantes : valoriser les médecins qui accueillent les stagiaires, revaloriser une fois de plus les médecins qui s’installent en campagne, accorder les allocations aux étudiants en médecine, etc. Il faut tout de même relever que la région de Paca a enregistré une augmentation de 5,3 % des généralistes, mais la plupart sont des médecins proches de la retraite.

Partager >>