Les députés contre l’interdiction de l’emploi de mannequins trop maigres

Le projet de loi santé du ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, est actuellement débattu en long, en large et en travers via de nombreux amendements qui font leur apparition depuis quelques semaines, avec notamment celui d’Olivier Véran, député PS de l’Isère, qui souhaitait faire interdire l’emploi de mannequins trop maigres afin de lutter contre les standards de la beauté en France et surtout l’anorexie, un fléau qui touche des dizaines de milliers de français.

Alors que les mannequins et la mode sont de plus en plus proches de l’horreur avec des indices de masse corporel en dessous de la limite préconisés (18 d’après l’OMS), un député a décidé de monter au créneau et obliger les agences de mannequins à ne plus embaucher et utiliser dans leur défilés, magazines etc. de mannequins ayant un IMS inférieur à 18, soit le standard sous lequel, toute personne est considérée comme maigre.

Un amendement qui ne fait pas l’unanimité

A droite comme à gauche, cet amendement n’a pas fait l’unanimité et a donc été rejeté en bloc. Bien que le combat soit juste, les députés n’ont pas souhaité l’accepter, car celui-ci peut constituer une véritable discrimination à l’embauche envers tous les mannequins maigres. C’est ainsi que cet amendement ne verra pas le jour sous cette forme, mais il sera de nouveau débattu sous une autre forme à la fin du mois de Mars quand la loi Santé de Marisol Touraine sera finalisée.

Quoi qu’il en soit, il est peu probable qu’une telle chose ne soit pas mise en place le plus rapidement possible quand on sait que 30 à 40 000 personnes souffrent de dénutrition et d’anorexie, dont 90% sont des adolescents. Il est grand temps que le gouvernement français fasse quelque chose pour endiguer cette course à la maigreur extrème que l’on retrouve jusque dans nos cours d’écoles !

Partager >>