Journée mondiale de la maladie d’Alzheimer : mise au point sur les chiffres et la recherche

La journée mondiale de la maladie d’Alzheimer se tient ce 21 septembre, une maladie qui a été découverte en 1906 par l’allemand Alois Alzheimer. Une occasion pour s’intéresser à cette pathologie qui constitue la 4e cause de mortalité dans le monde. Selon l’Organisation mondiale de la santé, on enregistre un nouveau cas de démence toutes les 4 secondes et d’ici 2050, pas moins de 135 millions de personnes seront atteintes de démence et 70 % de ces cas seront certainement des malades d’Alzheimer.

Des chiffres qui inquiètent tout comme le milieu de la recherche qui jusqu’ici n’a pas encore trouvé de traitement approprié. La tendance pour lutter contre cette maladie est davantage à la prévention.

Journée mondiale de la maladie d’Alzheimer : les pays à revenus faibles et intermédiaires sont les plus touchés.

La maladie d’Alzheimer est une pathologie incurable du tissu cérébral, elle se manifeste par la perte progressive des neurones et altère de manière irréversible les fonctions mentales, principalement la mémoire. Avant le stade de la démence, le malade va passer par plusieurs étapes de déficience cognitive ; ça peut aller de l’oubli des noms des objets courants jusqu’à l’oubli des évènements de sa propre vie.

Le rapport de l’Organisation mondiale de la santé estime que la moitié des cas de démence dans le monde sont recensés dans les pays à revenus faibles ou intermédiaires et le plus dramatique c’est qu’une personne sur deux atteintes de cette maladie ignore qu’elle est malade. La prise en charge des malades et la recherche sur les méthodes de traitement coûtent 818 millions de dollars à l’économie mondiale chaque année.

Journée mondiale de la maladie d’Alzheimer : Miser sur la prévention

Découverte en 2014, la Donécopride pourrait permettre de retarder l’apparition de cette maladie et pour l’instant, c’est sur cette molécule que repose toute l’espérance des chercheurs. En cette Journée mondiale de la maladie d’Alzheimer, les experts choisissent donc d’insister sur les moyens de prévenir cette maladie.

Les facteurs à risque comme l’obésité, la sédentarité, et toutes les maladies cardiovasculaires doivent être évités. Pour garder sa mémoire active et en bon état pendant longtemps, une bonne socialisation et l’effort intellectuel sont également préconisés.

Partager >>