Journée mondiale contre l’hépatite 2016 : les tests rapides recommandés

Ce 28 juillet se tient la journée mondiale contre l’hépatite 2016. Pour marquer d’un coup cette journée, les organisations internationales ont décidé d’agir pour baisser la mortalité due à l’hépatite virale. Le taux de personnes infectées est de plus en plus croissant dans le monde.

En France, environ 280 000 personnes vivraient avec l’hépatite dont plus de la moitié ignorent qu’elles sont porteuses du virus de l’hépatite, ce qui pose un problème de diagnostic précoce pour une meilleure prise en charge des malades. Dans le but d’améliorer le dépistage, la Haute autorité de la santé (HAS) recommande les tests rapides de diagnostic (TROD).

L’arrivée des tests rapides de dépistage de l’hépatite B

Tous les pays européens tentent de donner un sens à cette journée mondiale de l’hépatite notamment par des moyens pour rendre les tests de dépistage plus rapide pour tous. À nos jours, le dépistage de l’hépatite B se fait par un test sanguin passé en laboratoire (test Elisa), ce qui est assez fastidieux pour les patients qui trouvent le diagnostic long. Effectivement, les résultats prennent du temps puisqu’avec cette méthode, on recherche dans l’échantillon sanguin du patient 3 marqueurs de l’infection.

Dans ces conditions, les autorités recommandent l’usage de test rapide encore appelé TROD utilisé notamment pour le VIH, le VHC ou le VHB. Ceci se justifie par le fait que généralement des facteurs communs sont généralement assimilés à ces maladies d’où l’utilisation du TROD qui devrait très bien convenir à hépatite.

Diagnostic de l’hépatite : des tests supplémentaires en laboratoires

Cependant, l’OMS spécifie que le TROD ne devrait pas remplacer les tests en laboratoires. Ils vont juste permettre de savoir si on est porteur ou non d’un des marqueurs de la maladie, mais les tests complémentaires pour être sûr à 100 % se feront en laboratoires.

L’éradication de cette maladie doit passer au préalable par des mesures de préventions et des vaccinations systématiques puisqu’il existe déjà un vaccin contre l’hépatite B. Dans le monde, 400 millions de personnes vivent avec le virus de l’hépatite B ou C, soit 10 fois plus que celles qui vivent avec le VIH Sida.

Partager >>