Les impôts baisseront en 2016, mais pas pour les particuliers

Les charges fiscales des entreprises ont subi une baisse de près de 9 milliards d’euros dans le projet de loi de Finances 2016. On observe également un reflue de l’impôt sur le revenu. Qu’en est-il des ménages ? Après avoir profité d’une diminution des impôts sur trois années consécutives, elles ne pourront pas en bénéficier en 2016. Michel Sapin, ministre des Finances a affirmé « les impôts baissent en France », le secrétaire d’État au Budget est du même avis et les deux personnalités n’hésitent pas à montrer leur satisfaction.

Une baisse des impôts durant trois ans dans les ménages

Il faut noter qu’il y a eu une baisse des prélèvements obligatoires qui sont passés de 44,8% en 2014 à 44,5% en 2015. En parcourant le programme de stabilité, cette tendance à la baisse va se poursuivre cette année, de même qu’en 2017. Il est clair que d’après la loi de Finances de 2016, tout le monde ne pourra pas en bénéficier, cette fois-ci, la réduction des impôts concerne les entreprises, pas les particuliers. Michel Sapin a d’ailleurs avoué que : « Nous n’avons pas prévu de nouvelles mesures en leur faveur ».

Il a par ailleurs rappelé que les foyers avaient bénéficié d’une baisse des impôts durant trois années et pendant cette même période, près de 12 millions de ménages ont payé leurs impôts à la baisse. Et le ministre n’a pas manqué l’occasion d’affirmer que le gouvernement a permis aux ménagers de gagner environ 5 milliards d’euros de pouvoir d’achat.

On attend encore le retour de Bruxelles

Si les impôts dans les ménages ne baissent pas, ils ne subiront pas non plus une hausse, le pacte de stabilité permettra au gouvernement d’envisager une augmentation du pouvoir d’achat des Français. Avec les prix du pétrole qui restent toujours faibles, on devrait gagner de +1,6% en 2016 en pouvoir d’achat et de même en 2017.
La Commission Européenne attend à la fin de ce mois le programme de stabilité de Bercy. Il faudra alors attendre le retour de la Commission si elle trouve satisfaisantes les réformes prises par l’État français pour financer les programmes annoncés depuis janvier.

Partager >>