Grippe aviaire en Aveyron : 11 000 canards à l’abattoir

La Grippe aviaire s’abat une fois de plus en Aveyron. Après le foyer détecté en juillet dernier, voici une fois de plus le département victime de cette épizootie. Ce nouveau foyer infectieux a été détecté non loin du premier.

Il s’agit cette fois-ci d’un élevage de 11.000 canards qui doivent être systématiquement conduits à l’abattoir. Avec ce nouveau cas détecté, la France passe à 81 foyers infectieux déclarés sur le territoire depuis novembre 2015. Avec la persistance de la maladie et notamment sa récurrence dans le département, des mesures adéquates sont prises pour garantir une sortie progressive de la crise.

Grippe aviaire en Aveyron : Le respect des procédures imposées par l’épizootie

La décision du ministère de l’Agriculture n’a pas tardé, une équipe d’investigations et d’enquêtes sur l’épidémie sera chargée du dossier, pour circonscrire le foyer et engager des mesures progressives d’éradication de cette grippe aviaire en Aveyron. Ce nouveau foyer présentant des signes identiques au précédent déclaré en novembre 2015, les autorités en charge des questions épidémiologiques restent sereines sur le moyen d’en venir à bout. Une véritable perte pour le département, car ces 11.000 canards déjà « prêts à gaver » seront abattus, puis suivra une profonde opération de désinfection, comme l’a annoncé M. Coche.

Pour ce faire, un périmètre large de 3 km a été défini autour du foyer et puisqu’il s’agit d’une reprise, une zone de surveillance plus large de 10 km sera tout aussi mise en place. Comme c’est souvent le cas lors de pareilles épidémies, l’éleveur recevra une indemnisation calculée à hauteur de ses pertes et ce, dans un délai d’un mois, une fois l’assainissement terminé. Il pourra ainsi reprendre son activité.

Grippe aviaire en Aveyron : Les risques de transmission à l’homme sont nuls

Si cette grippe aviaire en Aveyron va davantage porter un coup au moral des éleveurs, il faut tout de même noter que le virus H5N1 sous sa forme détectée cette fois-ci, ne présente véritablement aucun risque de contamination pour l’homme, que ce soit par voie directe, en contact avec les canards ou par voie indirecte à travers la consommation des produits issus de la viande de Canards, a tenu à préciser M. Coche.

Les cas recensés dans les 18 départements français, va nécessiter une fois de plus la mise en place d’un vide sanitaire afin de « purger » l’épidémie.

Partager >>
S'inscrire à notre Newsletter gratuite

S'inscrire à notre Newsletter gratuite

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir dans votre boite mail les derniers articles une fois par semaine.

Vous êtes inscrit