Douche vaginale : l’hygiène intime augmente le risque de cancer ovarien

La nécessité d’une hygiène intime adéquate se heurte tout de même à certaines pratiques qui occasionnent au contraire des maladies. Il s’agit de savoir comment faire cette douche et surtout proscrire des gestes absolument déconseillés pour la simple raison que l’hygiène intime augmente le risque de cancer ovarien à cause de l’utilisation de produits comme la poire par exemple.

La poire est déconseillée, car elle participe à la fragilisation de la flore vaginale dont le principal rôle est le maintien de l’hygiène vaginal. Une telle douche déséquilibre le PH intime et exposerait le vagin au risque de cancer ovarien.

Les dangers de la douche vaginale : Les résultats d’une étude pertinente

Généralement, l’exposition du vagin aux risques de mycose du fait d’un déséquilibre du pH est la conséquence d’une mauvaise douche vaginale, mais il y a pire ! Les résultats d’une étude parue dans la revue américaine Epidemiology mettent l’accent sur les dangers de la douche vaginale dans l’apparition du cancer des ovaires. Pour mieux comprendre les effets des douches vaginales sur l’exposition au cancer ovarien, les chercheurs ont analysé certains facteurs à l’instar de la prise des contraceptifs, la prise du poids ou la survenance de la ménopause.

Le verdict est clair : la douche vaginale favoriserait le développement du cancer de l’ovaire. Même si cette étude n’a pas spécialement incriminé l’utilisation du talc, elle a tout de même mis à jour les effets entrainant des produits nettoyants tout comme certains matériels de nettoyage. Cette étude sonne donc comme un véritable rappel pour une mise en garde contre des habitudes galopantes pour une propreté intime radicale.

La douche vaginale : les gestes à bannir !

Les scientifiques déconseillent de pratiquer la douche vaginale dans le cadre d’une toilette intime. Ils proscrivent également l’utilisation de la poire qui bouleverse l’équilibre bactérien du vagin et favorise les vaginoses et mycoses. En effet l’utilisation de ces produits à forte concentration chimique pourrait produire des phtalates, des parabènes ou du bisphénol et dérégler ainsi l’activité hormonale des femmes.

Ils précisent que le vagin se nettoie tout seul et que le cas échéant, il faut nettoyer la vulve en évitant le vagin. En toute chose, il est prescrit de se rincer et de bien se sécher, en évitant de frotter avec une serviette, car de l’eau peut être restée dans les plis.

Partager >>