Don du sang : les nouveaux critères pour les donneurs

Quels sont les nouveaux critères pour les donneurs de sang ? Le dernier arrêté en date du 5 avril 2016 répond à cette question, mais il ne sera appliqué qu’à partir du 10 juillet 2016. L’âge limite des donneurs de sang a été fixé entre 18 et 65 ans.

Une dérogation peut être émise sur un cas de prélèvement rare ou d’urgence thérapeutique pour les personnes âgées de 70 ans. Pour le don de granulocytes, il n’est autorisé qu’aux personnes ayant 50 ans révolus. Le même arrêté précise le nombre de fréquence des prélèvements par types de dons.

Don du sang : Surveillance de la situation médicale du donneur de sang

L’arrêté qui sera bientôt mis en application spécifie qu’un homme peut faire 6 dons de sang et une femme 4 dons. L’intervalle de temps minimum entre deux dons doit être de deux mois. Pour s’assurer de la fiabilité optimale de la prise de sang, un entretien doit être mené au préalable. Selon le type de don, (plasma par aphérèse, don de sang total, de globules rouges, …), une surveillance clinique et biologique doit être établi.

Une nouvelle liste de médicaments indiqués par l’arrêté peut entraîner l’ajournement du donneur de sang. Il faudra alors que le donneur attende un jour ou deux ans selon le type de médicament. Par exemple les candidats sous traitement du psoriasis à qui on a prescrit l’acitrétine ne pourront pas effectuer un don du sang avant deux à partir du dernier prélèvement.

Les nouvelles contre-indications du don de sang

Une nouvelle contre-indication de l’arrêté souligne qu’une personne ayant eu un rapport homosexuel ne pourra pas donner son sang dans les 12 mois suivants la dernière relation sexuelle. Les homosexuels pourront donc fournir leur sang, mais à condition d’être abstinents pendant au moins 12 mois. Cette prudence est émise en raison du risque d’infection par le VIH qui est très élevé chez les homosexuels.

Les organisations défendant les droits des homosexuels considèrent que malgré l’assouplissement, cette mesure est encore restrictive. Rappelons que ce groupe sexuel était jusqu’ici exclu des prélèvements de sang. Pour Aurélien Beaucamp, Président de AIDES, l’organisme qui lutte contre le VIH Sida, ces différentes nouvelles sont satisfaisantes.

Partager >>