CHU Toulouse : greffe rénale robotique sur des patients obèses

La greffe rénale robotique n’était jusque-là effectuée qu’aux États-Unis (Chicago). L’expérience a été menée pour la première fois au CHU de Toulouse, sur deux patients souffrant d’obésité sévère. Cette grande première en Europe a débuté l’été dernier par une transplantation rénale par un robot-assisté sous la supervision du Dr. Nicolas Doumerc.

Aux commandes de cette machine, il a permis à ces patients de subir une opération avec beaucoup moins de risques et une certaine rapidité dans la récupération. Conscient de cette prouesse médicale, l’établissement a tenu à féliciter cet expert chirurgien du Département d’Urologie-Andrologie en charge des transplantations rénale à l’Hôpital Rangueil.

La greffe rénale robotique : Une réelle avancée pour les cas d’obésité parfois désespérés.

Cette opportunité permet désormais aux malades jadis non éligibles d’être admis à la transplantation de greffe rénale. Ce type de patients très délicats ont environ 40 % de risques de développer des complications post-opératoires selon le Dr. Nicolas Doumerc à travers l’AFP. « Chez un obèse important, explique le spécialiste, l’épaisseur de la paroi abdominale accroît grandement le risque d’infections post-opératoires et d’éventration. L’utilisation d’un robot, qui passe à travers la paroi, évite d’ouvrir le ventre et ne nécessite qu’une petite incision de 4 cm ».

Après avoir constaté les bienfaits de cette greffe rénale robotique sur 67 patients obèses à Chicago en 2011, il était grand temps que cette technique arrive en Europe. Loin des complications, la greffe rénale robotique présente en plus des avantages en termes d’atténuation de la douleur et du risque d’épanchement de liquide lymphatique.

La greffe rénale robotique : de nombreuses attentes subsistent

Malgré tout, la fréquence des opérations reste encore très faible et du coup très peu de personnes peuvent en bénéficier. Le CHU de Toulouse déplore que depuis 2010, « seuls 300 patients dans le monde (particulièrement en Inde et aux USA) ont pu bénéficier de ce type de transplantation, dont 30 en Europe, essentiellement en Espagne et en France, notamment à Toulouse ».

La greffe rénale robotique a pourtant beaucoup d’avenir en Europe. En effet, il a été réalisé au CHU de Toulouse la première greffe mondiale par robot-assisté comprenant une extraction rénale d’une donneuse et une introduction de ce greffon chez une receveuse par voie vaginale.

Partager >>