Boisson chaude : attention au risque de cancer de l’œsophage

Le Centre international de la recherche sur le cancer (CIRC) a publié ce mercredi une étude qui lève le doute sur le lien entre le cancer et la consommation du café. Toutefois, la même étude souligne que les boissons chaudes sont « probablement cancérigènes à 65 °C ».

Si boire du café, thé, ou maté est une habitude pour de nombreuses personnes, il faudra les consommer à une température normale si on veut éviter plus précisément le cancer de l’œsophage. En effet, on a pu observer qu’un pourcentage important de cancer de l’œsophage survenait dans régions où l’on consomme régulièrement des boissons chaudes.

Faut-il alors arrêter de boire son café ?

Si les boissons chaudes multiplient les risques de contracter le cancer de l’œsophage, doit-on pour autant arrêter de boire son café ? Eh bien non ! À condition de le boire au plus à 58 °C tel comme le recommande une autre étude très sérieuse de l’université du Texas. Il n’est pas aisé de consommer son café ou son thé à une température de 65 °C, celle là même où il est susceptible de développer le cancer.

Continuez de boire votre café, mais pas très chaud. Christopher Wild, directeur du CIRC précise : « ces résultats suggèrent que la consommation de boissons très chaudes est une cause probable de cancer de l’œsophage et que c’est la température, plutôt que les boissons elles-mêmes, qui semble être en cause ».

Le café reste tout de même vertueux

Si on retrouve un grand nombre de cancers de l’œsophage en Asie, en Amérique latine et en Afrique de l’Est, c’est dû au fait que la consommation des boissons très chaudes est fréquente. Ces dernières années, le café fait l’objet de plusieurs soupçons dans l’implication du cancer de la vessie.

C’était déjà le cas en 1991, mais d’autres études ont prouvé les limites de cette accusation parce qu’il fallait aussi prendre en compte les données liées aux tabacs chez les sujets participant à l’étude. Bien au contraire, on a pu observer une diminution du cancer du foie et de l’endomètre, mais à condition de ne pas dépasser trois tasses et de boire à une température raisonnable, soit 58 °C ou moins.

Partager >>