AVC : stopper de fumer diminue les risques de maladies cardio-vasculaires

Les maladies cardiovasculaires sont responsables de 180 000 morts chaque année en France. Stopper de fumer diminue les risques d’AVC selon les cardiologues hospitaliers qui révèlent que la consommation du tabac même la plus infime qu’il soit est l’un des facteurs à risque des maladies cardiovasculaires.

Le tabagisme est une toxicomanie résultant de la prise compulsive à l’un ou l’autre des produits fabriqués à partir des pousses de tabac : cigarettes, cigares, tabac à pipe, etc. Arrêter de fumer diminue les risques de développer un AVC, peu de démarches thérapeutiques donnent un bénéfice aussi rapide et important que l’arrêt du tabac.

Arrêter de fumer diminue les risques d’AVC : les effets nocifs du tabac

L’exposition à la fumée du tabac est le deuxième facteur de risque d’infarctus du myocarde et de la maladie coronaire qui augmente avec le nombre quotidien de cigarettes. Arrêter de fumer diminue les risques d’AVC et il n’existe pas de seuil au-dessous duquel fumer ne présente pas de risque. La nicotine contenue dans le tabac constitue le principal agent de cette accoutumance.

Des experts ont pu identifier plus de 4 000 substances chimiques dans la fumée du tabac en occurrence le monoxyde de carbone, le goudron, l’arsenic, et le benzène. Ces gaz favorisent le dépôt de mauvais cholestérol (LDL-cholestérol) sur la paroi des artères. Ces dépôts entraînent par la suite un durcissement et un resserrement des artères. Les résultats de ce rétrécissement se traduisent par une artérite des membres inférieurs, l’infarctus du myocarde et les accidents vasculaires cérébraux.

Les effets bénéfiques de l’arrêt du tabac

Arrêter de fumer est la meilleure prévention contre les maladies cardiovasculaires. Arrêter de fumer diminue les risques d’AVC et permet ainsi de mieux oxygéner le sang, protéger le cœur et les artères. En Finlande, les scientifiques de l’Université d’Helsinki ont aperçu la baisse du tabagisme chez la population grâce aux campagnes anti-tabac.

En effet, le tabagisme chez les Finlandais âgés de 15-64 ans a diminué de 30 % pendant cette période. Après sevrage, les effets du tabac sont réversibles assez rapidement, même pour les gros fumeurs, et surtout après un accident cardiovasculaire. Bien évidemment plus vite on arrête de fumer, plus vite on retrouve une espérance de vie et la santé presque équivalente à celui des non-fumeurs.

Partager >>