Une éventualité de négociation par le MEDEF sur l’assurance chômage

Le taux de chômage a légèrement augmenté l’année passée. C’est une situation inévitable qui complique énormément la vie en limitant le pouvoir d’achat. Des assurances ont été mises en place pour couvrir tous les dommages sans prendre en charge le chômage. En effet, ce mercredi les partenaires sociaux ont décidé de se réunir pour trouver solution au problème. Mais le conseil exécutif du MEDEF a récemment décidé une possibilité de négociation sur cette assurance chômage.

Assurance chômage : l’application de la négociation pour ce mercredi

Ce dossier bloqué depuis huit mois, sera ré-ouvert ce mercredi pour être le sujet d’une réunion entre MEDEF et le SAUBOT, dans le but de résoudre les problèmes de déficit structurel de l’assurance chômage. Ce problème existait déjà depuis bien longtemps et une négociation a été proposée mais malheureusement celle-ci a été refusé.

Bien sûr, il existe plusieurs formes d’aide pour les chômeurs mais la question d’assurance chômage reste quand même une très bonne initiative qui pourrait ravir beaucoup de personne dans le besoin.

« Une assurance chômage est un assurance qui permettra aux chômeurs de ne pas être dans le besoin malgré leur situation. Ce qui est inquiétant, c’est surtout si ce genre de facilitation ne serait pas aperçu comme un genre d’encouragement du chômage. »

Assurance chômage : la réalité du problème

Le problème était généralement la précarité des contrats. C’est ce qu’a admis Eric Courpotin, suite au résultat des diverses études réalisées par des experts. Et une étude de l’Unédic a aussi démontré qu’en 15 ans le nombre de CDD de moins d’un mois a connu une hausse remarquable (passant de 1.4 millions à 4 millions par trimestre).

Lundi dernier, l’U2P a décidé de supprimé la taxation des contrats courts alors que ces derniers sont très importants pour une multitude d’entreprises à proximité.

Par contre, il a décidé de mettre en place une contribution sur des plate-formes collaboratives et des entreprises qui font appel à des micro-entrepreneurs en lieu et place de salariés. D’après le Figaro et l’Opinion, des négociateurs ont suggéré de faire une expérimentation sur une taxation temporaire pour ces contrats courts.

Partager >>
S'inscrire à notre Newsletter gratuite

S'inscrire à notre Newsletter gratuite

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir dans votre boite mail les derniers articles une fois par semaine.

Vous êtes inscrit