Chômage : une possibilité de négociation avec le MEDEF

Le chômage n’est plus un cas inconnu de nos jours. En effet, le nombre de chômeurs ne cesse d’augmenter au fil des années. Un phénomène qui apporte des conséquences indésirables à l’économie de la France. Les syndicats de chômeurs se sont battus depuis plusieurs mois déjà pour une assurance chômage. Demande qui a toujours été refusée jusqu’à ce jour. Au fait, le conseil exécutif de Medef a accepté d’envisager une négociation concernant cette assurance le mercredi 15 Février 2016.

Les causes du blocage de négociations sur l’assurance-chômage

La surtaxation des contrats courts est la principale source qui a fait que l’assurance chômage ait été bloqué. En effet, cette blocage a été faite depuis huit mois déjà. Toutes les formes de refus patronal de modulation de cotisation sur les contrats courts tels que les Contrats à durée déterminer et les intérimaires, ont favorisés l’échouement des négociations en juin 2016.

Suite à cet échec, le gouvernement avait pris la décision de prolonger la convention signée en 2014. Une décision prise pour la première fois depuis 1982. Aussi, il n’a pas cessé de convaincre les partenaires sociaux et les syndicats à se réunir autour d’une table pour reconsidérer la négociation sur l’assurance-chômage, mais en vain.

« Ce n’est que récemment qu’un des acteurs économiques français a décidé de donner sa bénédiction pour ces négociations. »

Les problèmes de l’assurance-chômage peuvent-ils être résolu ?

Jusqu’ici, il est difficile de donner une réponse à cette question. Il est vrai que les syndicats remuent ,ciel et terre pour débloquer cette assurance et permettre à tous les victimes de chômage d’être toujours prise en charge par leur assurance.

Néanmoins, cela reste encore très compliqué. Des analyses ont été effectivement accomplies pour détecter d’où venait réellement le problème. Et après constatation, on a pu affirmé que celui-ci était entièrement causé par le grand  nombre d’ employés dont leurs contrats de travail sont assez courts, ceux qui sont à un mois sont les plus concernés.

La décision prise par le conseil exécutif de Medef était convenable. Reste à savoir s’il serait également possible que les responsables aient envisagé une solution pour diminuer le taux de chômeurs en France.

Partager >>
S'inscrire à notre Newsletter gratuite

S'inscrire à notre Newsletter gratuite

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir dans votre boite mail les derniers articles une fois par semaine.

Vous êtes inscrit