Appel à la mobilisation pour le don du sang

La journée mondiale des donneurs de sang a eu lieu hier mardi 14 juin dans l’ensemble du territoire français. L’organisme qui gère le don de sang a profité de cette journée pour lancer un appel à la mobilisation et faire face à la baisse inquiétante des stocks disponibles qui risque de s’épuiser avant l’été si rien n’est fait.

L’Etablissement français du sang (EFS) avait noté par ailleurs une mobilisation spectaculaire de don de sang après les attentats du 13 novembre qui avaient frappé Paris. Depuis lors, ce regain de générosité s’est affaibli et avec les vacances d’été qui approchent, les donneurs réguliers sont habituellement absents d’où la sonnette d’alarme de l’EFS.

Renflouer le stock de sang avant les vacances d’été

Pendant la journée mondiale de don du sang de cette année, l’EFS montrait déjà ses inquiétudes : « Le niveau des réserves en produits sanguins est bas et la situation très fragile ». L’organisme met également en avant les accidents de bricolage et de jardinage qui sont fréquents pendant les vacances d’été. De plus, avec le nombre important de touristes en cette période due à l’Euro 2016 en France, les risques de violence seront démultipliés.

Chaque année, plus d’un million de patients sont soignés grâce à ces dons de sang qui servent à pratiquer des soins en cas d’hémorragie ou pendant les interventions chirurgicales. Ils offrent aussi la possibilité de soigner les personnes qui souffrent de maladies de sang à l’instar de la thalassémie et la drépanocytose.

Des produits sanguins avec une courte durée de vie

Les produits sanguins ont une courte durée de vie, soit de 42 jours seulement pour les globules rouges et de 5 jours pour les plaquettes. Le besoin de sang dans les hôpitaux est donc constant et permanent. Il est indiqué que les donneurs doivent être anonymes et âgés de 18 à 70 ans avec une masse corporelle avoisinant 50 kg.

Même si l’année 2015 avait connu une certaine hausse des donneurs, l’EFS espère pour cette période une augmentation de 15 %. Le faible taux de donneurs en France peut s’expliquer par le fait qu’en Allemagne ou aux États-Unis, les donneurs perçoivent une somme de 50 €.

Partager >>