Affaire Picasso : 271 œuvres que l’électricien gardait dans son garage

Ce mardi 10 février, la justice examine le cas d’un électricien et de son épouse, qui avait en leur possession 271 oeuvres originales de Pablo Picasso. L’homme clame sa bonne foi et déclare que ce trésor, estimé à près de 60 millions d’euros, lui a été donné par l’artiste. Une version contestée par les héritiers du peintre qui l’accuse de recel.

Durant près de quarante ans, un électricien du nom de Pierre Guennec et son épouse ont conservé dans le garage de leur pavillon 271 oeuvres de Picasso. Ces dessins, peintures et collages d’une valeur estimée de 60 millions d’euros, font aujourd’hui l’objet d’un examen judiciaire puisque les héritiers de l’artiste ont porté plainte contre Pierre Guennec pour recel en 2010.

L’homme, qui a toujours déclaré avoir obtenu ses oeuvres des mains de Picasso et de sa femme, réfute cette accusation. Il maintient que ce trésor lui aurait été donné dans les années 70 par l’épouse du peintre, visiblement en échange de petits travaux effectués dans la maison.

5 années d’emprisonnement encourues pour recel d’oeuvres d’art

Les oeuvres avaient depuis été remisées dans un carton et misent au garage jusqu’en 2010. Cette année-là, Pierre Guennec s’était rendu à la Picasso Administration, avec 175 objets d’art attribués à Picasso, afin de faire authentifier son trésor. Après expertise, la stupéfaction est totale, il s’agit bien de créations uniques de Picasso, ignorées durant près de 40 ans. Les héritiers de l’artiste accusent alors l’homme de recel de biens volés et estiment que ses explications sont peu crédibles et trop approximatives.

Le tribunal correctionnel de Grasse devra, à partir de ce mardi 10 février, déterminer si les oeuvres de Pablo Picasso ont été obtenues frauduleusement ou non par Pierre et Danielle Guennec. Le couple encourt jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 375 000 euros d’amendes.

Partager >>