Des actes de violence sur le personnel médical toutes les 30 minutes

L’Observatoire National des Violences en Santé (ONVS) a rapporté des actes de violence dans les hôpitaux en France. Ce rapport annuel a mis à nu une pratique en constante augmentation d’agressions du personnel hospitalier.

Ce sont environ 14 502 signalements d’exactions sur le personnel sanitaire et les biens dans 337 établissements sanitaires et médicaux-social qui ont été recensés en 2014. Une hausse de 17 % par rapport à l’année précédente qui enregistrait déjà 12 432 cas d’agressions selon l’ONVS. Le pic à ce jour est enregistré en Ile-de-France, avec 30 % de cas signalés, même s’il faut noter que cette région à elle seule contient déjà 61 établissements.

Une hausse des actes de violence dans les hôpitaux qui inquiète

Les chiffres des actes de violence dans les hôpitaux ne cessent d’augmenter depuis 2014. Un premier constat relevait déjà que la moitié de ces violences concernait les agressions physiques, tandis que 32 % concernaient les injures ou les insultes. Une légère hausse en comparaison à l’année 2013. Les chiffres sont effrayants, 5 041 cas de violences dont la grande majorité est perpétrée sur le personnel des établissements de santé (85 %), les patients par contre ne représentent qu’un cas sur dix de ces agressions et les infirmiers, 45 %.

Dans le détail de ces agressions, l’ONVS a rapporté que 50 cas avaient lieu tous les jours, une moyenne dune victime toutes les 30 minutes. Le rapport a établi une classification par spécialités touchées sur l’ensemble du territoire, avec 21 % de psychiatres, 15 % d’urgentistes, 9 % en médecine et 9 % en gériatrie. Une véritable insécurité pour les professionnels de la santé pour qui dans les 70 % de cas recensés, ce sont les patients qui sont à l’origine de ces violences.

Les actes de violence dans les hôpitaux pendant la prise en charge des patients

L’Observatoire National des Violences en Santé a reporté que plusieurs incidents surviennent dans les services où les patients sont soumis à des émotions et angoisses. Ceux-ci s’en prennent aux professionnels de la santé pensant ne pas être pris en charge comme il se doit. L’analyse des statistiques relève que 59 % des causes de violences concernent la prise en charge de ces patients.

Parfois, ces agressions sont le seul moyen d’expression entre ces derniers et le personnel sanitaire, quand la consommation d’alcool et celle des produits stupéfiants n’en sont pas la cause.

Partager >>