55% des Belges jugent les cryptomonnaies moins risquées que la bourse

Il y a bientôt dix ans apparaissait la toute première crypto-monnaie de l’histoire : le Bitcoin. Il s’agit d’une monnaie cryptographique qui n’est sous le contrôle d’aucune banque centrale et dont l’émission peut être faite par toute personne le désirant. Si le Bitcoin et les autres cryptomonnaies nées après lui étaient peu connus, c’est seulement l’année dernière que le reste du monde s’est éveillé aux cryptomonnaies à la faveur des gains mirobolants qu’ils ont procurés à ceux qui en possédaient.

L’Europe n’est pas en marge de cet engouement planétaire, même si les volumes de cryptomonnaies échangés journalièrement en euros restent faibles par rapport au dollar et au yen japonais. En 2018, les volumes de Bitcoins échangés en euros ne représentent que 3.4% du volume d’ensemble.

Les choses pourraient pourtant rapidement changer puisque le plus grand négociant européen de devises s’apprêterait à faire son arrivée sur le marché de la cryptomonnaie. Aussi, l’intérêt pour les devises cryptographiques de la population européenne autant que celui des start-ups du vieux continent afficherait une hausse certaine.

L’enquête

crypto

La banque néerlandaise ING, très engagée dans l’innovation, a sollicité les services de l’IPSOS afin de procéder à une enquête sur le niveau d’enthousiasme des Européens quant à la cryptomonnaie. Menée dans 15 pays entre le 26 mars et le 6 avril 2018, cette enquête montre un intérêt marqué des Européens pour ces actifs d’un nouveau genre. Ils seraient 66% à en avoir entendu parler et 33% d’entre eux jugent qu’ils sont l’avenir des transactions en ligne. Et s’ils ne sont que 9% à détenir des cryptomonnaies pour l’heure, ils sont environ 16% à signifier leur volonté d’en acquérir à l’avenir. De façon plus spécifique, on note par exemple que 55% des Belges jugent les cryptomonnaies plus sûres et moins volatiles que les actions en bourse, ce chiffre passe à 70% quand on se limite à la classe des 18 à 24 ans.

Cet engouement massif doit cependant être suivi d’une réelle prudence, car, même si le réseau de la blockchain sur lequel les cryptomonnaies opèrent est réputée quasi inviolable, la criminalité a développé aussi de nouvelles formes afin de soutirer les clés d’accès aux wallets ou portefeuilles des détenteurs de devises. Parmi la dizaine de techniques et outils possibles pour sécuriser ses cryptomonnaies, entre les solutions connectées, ou électroniques et autres, l’une d’elles paraît la plus sûre : en effet stocker des bitcoins sur un portefeuille papier est l’une des mesures de sécurité les plus simples  et les plus inviolables qui existe.

Ce type de support met les devises à l’abri de piratage et de toute défectuosité électronique.

Un engouement partagé par l’écosystème des entreprises

Dans la foulée du rush observé l’année dernière sur le marché de la cryptomonnaie, il a fleuri également quelques start-ups qui ont d’ambitieux projets intégrant ou portant directement sur la cryptomonnaie. On peut à titre d’exemple citer l’entreprise espagnole Robot Cache qui propose de miner des cryptomonnaies  avec sa carte graphique pour acheter des jeux vidéo pour PC sur sa plateforme. Notons aussi l’incursion du Français Archos sur le marché des ledgers, ces portefeuilles physiques proches des clés USB.

Mais pas que ! Système bancaire, loisirs, consommation, les cryptomonnaies envahissent peu a peu notre quotidien. Ainsi, nous n’avons pas fini d’entendre parler des cryptomonnaies et de ses applications dans notre vie courante. L’avenir nous réserve certainement encore de belles surprises et surtout de grandes innovations.

Partager >>