Renaud Revel : Si Canal+ n’opère pas le virage qu’elle doit

Le 21 avril s’est tenue à l’Olympia l’assemblée générale des actionnaires de Vivendi qui portait sur les différentes activités du groupe. Comme on s’y attendait, la chaîne de télévision Canal+ a été au centre des discussions et le grand boss Vincent Bolloré a évoqué des inquiétudes sur la santé financière de la chaîne.

Bolloré a affirmé : « Si Canal+ continue à perdre de l’argent, il n’y aura plus de Canal+ en tant que chaîne ». En effet, Canal+ pourrait cette année afficher une perte de 400 millions d’euros. Sur Europe 1, deux journalistes Caroline Bonacossa et Renaud Revel ont été interrogés sur le même sujet.

Canal+ est-il vraiment dans la zone rouge ?

La journaliste Bonacossa rappelle qu’en octobre 2015, Vincent Bolloré affirmait que Canal+ se portait bien. Alors si les finances de la chaîne de télévision allaient bien en ce moment là, « pourquoi maintenant elle va si mal ? » s’interroge la journaliste. D’après elle, l’une des raisons qui pourraient expliquer ces affirmations de Bolloré est son désir à vouloir diffuser beIN Sport. « Pour cela, il doit avoir l’aval de l’Autorité de la concurrence et si Canal+ va mal, l’Autorité de la concurrence ne pourra pas s’opposer à cet accord » explique-t-elle.

Selon Renaud Revel, la chaîne fait face à une forte concurrence et un modèle managérial qui n’a pas su anticiper sur les nouveaux besoins des utilisateurs. Pour preuve, Canal+ doit faire face aux plateformes de streaming et VOD à l’exemple de Netflix qui propose un abonnement de 10 €/mois alors que le groupe propose plutôt un abonnement de 30 €/mois. Renaud Revel a conclu : « si Canal+ n’opère pas le virage qu’elle doit faire, elle disparaîtra ».

Une mauvaise communication de Vincent Bolloré ?

D’après Caroline Bonacossa, les difficultés que connaît Canal+ aujourd’hui proviennent d’abord d’une mauvaise communication de Vincent Bolloré et des mauvais choix stratégiques. Elle estime que selon ses sources, Canal+ a eu un bénéfice de 50 millions d’euros en 2015, ce qui est bien loin des 400 millions de pertes annoncé par le groupe malgré la chute de 218 000 abonnés.

Partager >>
S'inscrire à notre Newsletter gratuite

S'inscrire à notre Newsletter gratuite

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir dans votre boite mail les derniers articles une fois par semaine.

Vous êtes inscrit